Interview du 14-juillet : incontournable pour les présidents ?

Emmanuel Macron rentre dans le rang de la tradition : après le défilé du 14-juillet, le président de la République accordera une interview télévisée.

FRANCE 2

En 2017, pour son premier 14-juillet, Emmanuel Macron se contente de quelques mots à la tribune. Demain, il va renouer avec une tradition instituée en 1978 avec le président de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing. À l’époque, ce dernier veut dépoussiérer le style présidentiel, le rendre moderne et décontracté. François Mitterrand, son successeur socialiste, poursuivra l’exercice.

À chaque entretien, sa phrase mémorable

De lui, on retiendra cette phrase, prononcée un 14 juillet 1993, comme un aveu d’impuissance. “Vous savez, dans la lutte contre le chômage, on a tout essayé”, avouait-il. En 1995, Jacques Chirac inaugure son septennat par une mesure gaullienne, mi-discours, mi-conférence de presse, avant un retour au traditionnel entretien et une expression passée à la postérité au sujet d’affaires le concernant : “ce n’est pas que les sommes se dégonflent, elles font pschitt.

Emmanuel Macron lors de sa première interview à l\'Elysée, à Paris, le 15 octobre 2017. 
Emmanuel Macron lors de sa première interview à l'Elysée, à Paris, le 15 octobre 2017.  (PHILIPPE WOJAZER / AFP)