Filière agricole : 50 000 recrutements chaque année

a revoir

Présenté parSophie Le Saint

Diffusé le 27/02/2014Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Les salariés veulent vendre leur production sur le marché Paradoxalement, il y a des secteurs qui manquent de main-d'oeuvre. Dans l'agriculture, près de 50.000 recrutements ont lieu chaque année. Dans le Bordelais, on organise des formations pour apprendre à conduire les engins agricoles.

Pas facile de manoeuvrer quand on conduit un tracteur pour la première fois. Dans ce lycée agro-viticole, on forme des jeunes ou des adultes à la conduite d'engins agricoles. 6 mois pour devenir tractoriste.

On commence les cours par des parcours balisés, ça entraîne à la précision. Il vaut mieux écraser un cône plutôt qu'un pied de vigne. Des que les manoeuvres sont précises, on passe sur de vraies parcelles.

Certains apprentis sont sans emploi. D'autres changent complètement de secteur. Karine Fillaux est une ancienne auxiliaire puéricultrice.

Pour être chef de culture, si je veux diriger une équipe, il faut un minimum de savoir pour tout ce qui est motorisé.

Les engins, ils vous effraient.

La grosse jaune là-bas.

Tout ce qui est pratique ça va, mais la théorie c'est plus dur.

Ils sont assurés d'avoir du travail a la sortie de cette formation. Dans la région bordelaise, on manqué dé chauffeurs spécialisés dans le secteur viticole. Il faut savoir conduire et utiliser les machines les plus modernes.

Toutes les exploitations ne possèdent pas non plus ces engins. L'important est qu'ils aient accès à toutes les gammes d'engins mais bien sûr au dernier cri car il y a une évolution technologique.

Pour les viticulteurs et leurs prestataires, difficile de recruter. Avec 160 salariés, cette entreprise de travaux viticoles cherche à embaucher 5 à 10 personnes chaque année. Elle ne trouve pas, même en augmentant les salaires.

Les chauffeurs passent d'un entrepreneur à l'autre par un attrait de salaire ou sur la qualité du matériel.

Vous êtes prêt à payer plus.

Oui, à faire des efforts sur les salaires des chauffeurs.

En Gironde, plus de 50 postes de conducteurs d'engins agricoles sont à pourvoir chaque année. Mais les besoins s'étendent à toute la France.

Le JT
Les autres sujets du JT