Feuilleton 3/5 : "Suivez le cirque"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 06/11/2013Durée : 00h49

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Notre feuilleton suit le cirque Pinder sur les routes de France. Aujourd'hui, on va rencontrer Monsieur Loyal. C'est lui qui fait régner l'ordre sur la piste, malgré son jeune âge. Mais l'homme clé, c'est le patron, Frédéric Edelstein. Il impose son autorité jusque dans la cage aux lions.

Allons voir Monsieur Loyal.

Bonjour, bienvenue. C'est ma caravane, avec mon lit, mon coin pour manger, ma télé. Après, c'est mon coin cuisine, ma petite vie.

C'est la plus petite caravane du camp mais c'est la sienne.

J'avais de l'argent de côté, ça m'a servi a acheter mon camion et ma caravane.

Ce petit gars sage a attrapé le virus du cirque à 8 ans. Ses parents ont cru à une Iubie, mais au fond.

Ils s'en doutaient un peu. Depuis tout petit, ils savaient que je voulais faire du cirque. Ils savaient que ça arriverait un jour.

Ils font quoi.

Mon père est à la retraite mais il était commerçant, ma mère est secrétaire. Pas du tout du monde du spectacle.

A 19 ans, Léo Brière est le plus jeune Monsieur Loyal de France. Frédéric, lui, endosse son costume depuis 30 ans.

Bonjour. Les paillettes, les strass Comme le dit Warren Zavatta dans ses spectacles, pour être un dresseur de fauves, il faut un costume serré, avec les bottes et les paillettes.

Et du muscle.

Oui, j'en ai plus beaucoup.

Du strass, des paillettes, et une belle blonde. Sophie est sa compagne depuis 7 ans. Elle travaille dans les assurances, à Lyon. Quand elle le rejoint, elle a son rôle sur la piste.

J'ai appris à gérer mon stress et ma peur. C'est indispensable si je veux l'aider.

Elle est derrière. Elle connaît parfaitement les bêtes et le numéro. Des qu'une bête bouge anormalement, elle me crie le nom de l'animal.

Vous les connaissez tous ? Qui il y a.

C'est Nuka.

Ok, cool.

Dans la cage, Frédéric a toujours un lion ou un tigre dans le dos. A l'extérieur, ils ont l'oeil rivé sur les fauves. Applaudissements. Musique.

Une complicité exceptionnelle entre l'homme et l'animal. Cela mérite vos applaudissements.

Ensuite, le dresseur teste sa popularité.

C'était bien.

Oui.

Ça vous a plu.

Très bien. Il est très gentil.

C'est fabuleux, le risque qu'il prend pour entrer dans la cage.

Certains le suivent depuis des années. Ils se souviennent du jour où des lions ont failli le tuer.

Quand je vous ai vu tomber, je me suis dit "il est foutu".

Le spectacle est terminé.

On démonte. Et à l'aube, c'est reparti pour une ville. Nicolas est à la manoeuvre. C'est lui qui, parfois, en a plein la casquette. Ce matin, tout va bien.

C'est le départ. Tout est bon. Y'a pas de casse, les camions ont bien démarré. Les chauffeurs m'écoutent. Frédéric est content.

Mais il y a toujours un petit grain de sable qui coince.

Il est rentré sur la pelouse et dérape.

Ce n'est que le début des ennuis. Nicolas ne le sait pas encore.

Un feuilleton signé A. Guéry, F. Le Moal, B. Auzet et A. Cohen. La suite, demain.

Football. Le PSG a peut-être commis un péché d'orgueil, hier soir, en Ligue des champions. Les Parisiens étaient persuadés de ne faire qu'une bouchée d'Anderlecht après les avoir battus.

0 au match aller. Ils ont fait match nul, 1 but partout.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==