Feuilleton 1/5 : "Soif de mer"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 23/09/2013Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Monaco reste leader avec deux points d'avance sur le PSG dans le classement.

Notre feuilleton, cette semaine, vous emmène au Grand Pavois, à La Rochelle. C'est le plus grand salon nautique a ciel ouvert en Europe. On va y découvrir les plus beaux bateaux, a partir de mercredi. Les plaisanciers peuvent tester les nouveautés en mer.

Cela ne surprend plus personne. Depuis 40 ans, quand vient l'automne à La Rochelle, on peut voir des bateaux voler.

Le passage de la grue, ce grand manège orchestre au centimètre près. 400 bateaux neufs, positionnés en un temps record. Au Grand-Pavois, ce sont eux les vedettes. On en prend le plus grand soin. On vient de loin pour les voir. Piotr est polonais, il a fait 2.000 km en camion pour transporter 2 bateaux. Il ne faut pas compter sur lui pour parler du pays. Plus de la moitié des bateaux acheminés parla route proviennent d'usines polonaises. Les panneaux de signalisation sont bilingues. Une fois arrives dans l'enceinte du salon, il faut décharger. Les bateaux sont protégés par une épaisse couche de plastique. Ici, on préfère les mauvaises surprises. Les bateaux coûtent entre 15.000 et 100.000 euros. Marie-Pierre s'occupe de la logistique du Salon. Comme un amiral, elle veille au bon déroulement de l'opération.

En général, selon leur façon de fonctionner, ils ont des plans où poser des bateaux, par taille et stand. Parfois, ils le font en dernière minute. Pour le grutier, c'est un travail assez fatigant.

Près de 400 bateaux à terre et 300 à flots. Le port de plaisance est le domaine de Daniel Henri, le régisseur. C'est un peu le maître d'hôtel.

Il doit y avoir environ 3.600 bateaux. Pour installer le Grand Pavois, on est oblige de demander à 360 bateaux de s'en aller pour nous laisser la place.

Demain, le plus grand bateau du Salon va pointer le bout de sa proue.

Ce bateau fait 10 mètres de large et 20 de long, c'est le bateau amiral du Grand Pavois.

Il est là sous les yeux de quelques curieux spectateurs privilégiés, auteurs des premiers clichés. (Crépitement de flashs.

Depuis 6 mois, près de 60 personnes ont travaillé a la construction de ce catamaran, le plus grand jamais créé par un chantier français. Aujourd'hui vient le temps de sa mise à l'eau.

On est au bout de la chaîne, tous les maillons doivent être soudés.

Je vais appeler la remorque pour lever le bateau, le bouger, et le présenter pour la mise à l'eau.

Ce n'est pas donne a tout le monde d'être dans la cabine du tracteur et bien manoeuvrer.

C'est impressionnant, j'espère qu'il tiendra jusqu'au bout. Il y a une petite angoisse pour les techniciens. On essaie de les accompagner un petit peu.

Après une heure, la manoeuvre est réussie. Bien avant le futur propriétaire, le privilège de la première navigation revient à ceux qui testent le bateau. A La Rochelle, le passage obligé, c'est entre les deux célèbres tours de la ville.

Ce n'est pas un métier commun, on n'est pas nombreux à faire ça en France. Même si l'hiver il fait.

10, je préfère être là.

Le catamaran doit rejoindre sa place sur le salon.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==