Feuilleton 1/5 : "Les secrets des cartes"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 26/05/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Les lycéens feront une randonnée pédagogique.

Notre feuilleton cette semaine vous fait découvrir les secrets de fabrication d'une carte. Les montagnes, les rivières, les routes, il faut tout référencer. A l'heure du GPS, l'objet reste un plaisir, une passion pour certains. On va vous emmener dans les coulisses de l'IGN.

Niché au coeur de Paris, un magasin un peu particulier. Pour certains, la caverne d'Ali Baba, pour d'autres, la Terre promise. On vient y dénicher un trésor, trouver son chemin, ou par passion.

J'aime les cartes depuis mon enfance. Les cartes d'état-major. Je ne sais pas pourquoi.

Nous ne marchons pas au GPS mais à la carte. Il y a des descriptions.

On a une vue générale plus importante de la région, de la zone.

Pas d'ordinateurs mais des milliers de cartes, pour explorer le monde de mille façons. Quelles que soient les générations.

Je cherche une carte pour faire coursier à vélo l'an prochain.

Un GPS ne suffirait pas.

Si, mais ça ça a de la batterie tout le temps.

Pierrette a attrapé le virus de la cartographie il y a quelques années. Son ÎTÉSOF, ce sont ses cartes.

J'en ai quelques-unes.

Ça se collectionne, des cartes.

Ça devient des souvenirs, difficile de les jeter. Elles ont participé à des moments, même la plus vieille je l'ai gardée.

Elle en possède des dizaines. Toutes en relation avec sa passion: la randonnée a cheval. Cette intermittente du spectacle de 31 ans est devenue une spécialiste de la cartographie.

La première fois qu'on a ça en main, on a très peur, on se dit : c'est quoi ces petits dessins ? Puis on réalise que c'est ce qu'on voit autour de nous, et ça nous permet d'être libre à cheval : on sera jamais perdu.

Avec son association, elle prépare une randonnée près de Paris en juin.

On fait ça tous les ans depuis 7 ans. C'est une randonnée de 3 jours, 150 km, dans les Yvelines. Il faut faire le tracé pour les cavaliers.

Pour des randonnées, le travail ou le plaisir, tout le monde utilise cet outil.

(Voix de GPS) Tournez à gauche.

Le monde numérique continue sa course. Comment fabrique-t-on ces cartes ? Quel est leur avenir ? Pour le savoir, direction St-Mandé, aux portes de Paris. L'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), l'IGN, est en pleine mutation. Ici, l'implantation du futur magasin. A l'intérieur: réunion de la plus haute importance, avec des chefs des différents services de l'IGN. Le responsable du service fait le point sur l'avancement de son plus gros chantier.

On a un peu plus de 200 feuilles à faire cette année, 200 dalles.

Une dalle, c'est un carré sur cette carte. L'enjeu : la 4e génération de la carte du territoire national. Au XXle siècle, place au numérique: la collecte de millions d'informations, adresses, bâtiments, rues, pour la base de données de l'IGN. La nouvelle carte papier du territoire national exige un travail de titan.

Il y a environ 450 heures de production. Pour un carré de 20 km x 20 km, soit 400 km2.

Les premières cartes sortent dans trois mois, tout doit être fini en 2017.

On va aller 10 fois plus vite que pour la 3e génération qui a pris 60 ans,entre 1920 et 1980.

Les équipes travaillent actuellement sur la zone de Compiègne (Oise). Pour la 1re collecte d'informations, il faudra prendre de la hauteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==