Vols de carte bancaire : 20 personnes interpellées en Loire-Atlantique, plus de 400 victimes

Vingt hommes et femmes de 26 à 50 ans ont été arrêtés pour une affaire de vols de cartes bancaires en bande organisée. Un mandat d'arrêt européen a été lancé à l'encontre d'une dizaine d'autres personnes de nationalité roumaine, a rapporté France Bleu Loire Océan.

Un distributeur de billets de banque à Orléans en 2010.
Un distributeur de billets de banque à Orléans en 2010. (MAXPPP)

Vingt personnes, hommes et femmes, âgés de 26 à 50 ans ont été interpellées mardi 20 février en Loire-Atlantique pour une affaire de vols de cartes bancaires en bande organisée de grande ampleur, rapporte France Bleu Loire Océan vendredi.

Ces personnes sont soupçonnées d'avoir fait 400 victimes ces dix derniers mois, entre mai 2017 et février 2018, sur tout le grand Ouest ainsi qu'à Lille (Nord). Une petite dizaine de personnes de nationalité roumaine sont encore recherchées et un mandat d'arrêt européen a été lancé à leur encontre.

Les pickpockets utilisaient toujours le même mode opératoire. Ils sévissaient à l'occasion de grands rassemblements festifs, comme les Vieilles Charrues à Carhaix (Finistère), le festival Interceltique de Lorient (Morbihan), la Braderie de Lille (Nord) ou sur des petits marchés comme en Loire-Atlantique à Pornichet, le Pouliguen, la Baule, Batz-sur-mer, Guérande ou en Vendée à Saint-Jean-de-Monts et aux Sables d’Olonne.

Entre 90 et 8 000 euros de retraits par carte

Les voleurs repéraient le code confidentiel lors de paiement ou de retraits d’argent et en profitaient ensuite pour voler les cartes bancaires. Ils retiraient entre 90 euros et 8 000 euros par carte.

Selon les informations de France Bleu Loire Océan, les pickpockets affichaient leur richesse sur les réseaux sociaux. Avec l’argent, ils achetaient des produits de luxe, bijoux, maroquinerie, parfums, vêtements, et les gendarmes ont saisi plus d’une dizaine de véhicules lors des perquisitions menées en Loire-Atlantique. 570 faits et 400 victimes ont été comptabilisés entre mai 2017 et février 2018.