Viol au 36 quai des Orfèvres : condamnés à sept ans de prison fin janvier, les deux policiers ont été remis en liberté

Les deux mis en cause, aujourd’hui âgés de 40 et 49 ans, ont été condamnés pour avoir violé une Canadienne d'une trentaine d'années, dans la nuit du 22 au 23 avril 2014. Ils avaient fait appel du verdict.

Le 36 quai des Orfèvres, à Paris, le 30 juin 2017.
Le 36 quai des Orfèvres, à Paris, le 30 juin 2017. (MARTIN BUREAU / AFP)

Les deux policiers condamnés fin janvier à sept ans d'emprisonnement pour le viol d'une touriste canadienne au 36 quai des Orfèvres ont été libérés, a confirmé une source judiciaire à franceinfo, jeudi 7 mars. La chambre d’instruction de la cour d'appel a rendu sa décision, jeudi soir. Ils avaient fait appel du verdict.

"On revient dans l’état initial et quand on revient dans l’état initial, on a le droit de bénéficier de la liberté qui est un principe", a commenté, jeudi soir sur franceinfo, Sébastien Schapira, avocat de l’un des deux policiers. "C’est aussi logique parce qu’ils ont toujours été en liberté depuis maintenant bientôt cinq ans", a également souligné l’avocat, pour qui "il est normal qu’ils se présentent pour le nouveau procès, qui aura lieu dans quelques temps, on ne sait pas encore quand, sans être détenus, sous contrôle judiciaire".

Les deux mis en cause, aujourd’hui âgés de 40 et 49 ans, ont été condamnés pour avoir violé une Canadienne d'une trentaine d'années, dans la nuit du 22 au 23 avril 2014 dans les bureaux de la Brigade de recherche et d’intervention à Paris, après une soirée arrosée dans un bar irlandais, situé en face de l’ancien siège de la police judiciaire (PJ). En 2016, les deux juges d’instruction avaient prononcé un non-lieu en faveur des policiers. Le ministère public et la jeune femme avaient fait appel du non-lieu. La chambre d’instruction avait décidé de renvoyer les deux fonctionnaires devant la cour d’assises, jugeant que les policiers avaient "exploité l’état d’ivresse" de la plaignante.