Vienne : attaquée par une corneille, une touriste dépose une main courante à la gendarmerie

Alors qu'ils s'installaient dans leur gîte de vacances à Coussay-les-Bois (Vienne), un couple a été attaqué par une corneille. La touriste a décidé de déposer une main courante à la gendarmerie.

Une corneille noire à Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne).
Une corneille noire à Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne). (SYLVESTRE / MAXPPP)

Une touriste, attaquée par une corneille dans la Vienne, a déposé une main courante à la gendarmerie, rapporte mercredi 14 août France Bleu Poitou.

Les faits se sont produits samedi matin dans un gîte de Coussay-les-Bois, entre Châtellerault et La Roche-Posay. Alors qu'ils venaient d'arriver, un couple de touristes a été attaqué par une corneille. L'oiseau s'en est d'abord pris aux mollets du mari qui sortait les bagages de la voiture, "des coups de bec très rapides et de façon très agressive", raconte la femme. Puis, il s'en est pris aux pneus et aux portières de la voiture, poursuit-elle.

En tentant de fuir la corneille hargneuse, la femme a chuté, ce qui lui a valu deux points de suture. Elle a déposé une main courante à la gendarmerie "car si je ne faisais rien, cela aurait pu arriver à quelqu'un d'autre", justifie-t-elle. En juin dernier, une buse avait attaqué une joggeuse dans la région de Molsheim (Bas-Rhin).

Le maire exaspéré par cette plainte

Une "histoire à dormir debout", commente le propriétaire du gîte rural qui a dû l'emmener aux urgences. Stupéfaction également à la mairie de Coussay-les-Bois où le couple de vacanciers est venu raconter sa mésaventure. "J'ai autre chose à fou*** que de m'occuper des corbeaux (...) c'est la corneille qui attaque, c'est le sanglier qui fait peur, c'est le chien qui aboie, la vache qui meugle...", se fâche le maire, Michel Favreau, contraint malgré tout d'appeler son lieutenant de louveterie.

On ne gère que des trucs comme ça, des bêtises, et si je n'étais pas poli, je dirais des conneries.Michel Favreau, maire de Coussay-les-Bois

"Les corbeaux ne me gênent pas et il faut même les protéger car d'ici peu dans nos campagnes, ce sont peut-être eux qui nous ravitailleront, vu que La Poste et tous les services publics s'en vont, donc on aura besoin des corneilles !", ironise le maire. La corneille a fini par être capturée et remise à une association de protection des animaux située à Targé, près de Châtellerault.