Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Morbihan : un incendie détruit 64 voitures à Pontivy

L'origine du sinistre, qui s'est propagé sur le parking d'un aérodrome pendant un spectacle d'acrobaties à moto, reste inconnue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un incendie a détruit 64 voitures sur un aérodrome de Pontivy, dans le Morbihan, dimanche 1er septembre. (MAXPPP)

Le feu s'est rapidement propagé, dimanche 1er septembre, sur le champ de chaume de l'aérodrome de Noyal-Pontivy, dans le Morbihan. A tel point qu'il a ravagé 64 voitures, rapporte France 3 Bretagne.

Le public était venu assister à un spectacle d'acrobaties à moto dont l'objectif était de récolter des fonds pour soutenir un jeune myopathe de 19 ans. Mais, entre 15 et 16 heures, le feu s'est déclaré sur le parking où étaient garées les voitures des spectateurs. Alertés à 15h51, une quarantaine de pompiers mobilisés sur place ont fait face à cet incendie très rapide. Le vent attisait les flammes tandis que les réservoirs explosaient successivement.

 

Le public empêché de se ruer sur les véhicules

"Quand le feu s'est déclenché il y a eu un mouvement de panique, chacun voulait aller sauver sa voiture. Nous avons pris la décision de préserver les vies humaines et de bloquer les spectateurs qui voulaient pénétrer dans le parking", a expliqué le commandant de la compagnie de gendarmerie de Pontivy. Les gendarmes se sont alors heurtés à "une résistance parfois un peu forte" des spectateurs, qui voulaient à tout prix sauver leur voiture. Des gendarmes ont été insultés, parfois molestés.

Aucun blessé n'a été à déplorer. Une vingtaine de gendarmes ont été mobilisés pour sécuriser le périmètre ainsi que l'axe routier le plus proche, envahi par les fumées, a-t-il précisé. Une enquête a été ouverte par les gendarmes, mais "le feu est d'origine humaine, c'est certain, il reste à déterminer si c'est accidentel ou criminel", a ajouté l'officier. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.