Val-de-Marne : ce que l'on sait de la mort de Marjorie, 17 ans, poignardée à Ivry-sur-Seine

La jeune fille est décédée vendredi après avoir reçu un coup de couteau. Un adolescent de 14 ans a reconnu les faits et a été mis en examen.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des policiers enquêtent sur la mort d'une adolescente de 17 ans à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 14 mai 2021. (MAXPPP)

Une adolescente de 17 ans a été tuée vendredi 14 mai à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) après avoir été victime d'un coup de couteau. Un différend avec la petite sœur de la victime est à l'origine du drame, selon les premiers éléments recueillis par France Télévisions. Un suspect, interpellé peu après les faits, a été mis en examen pour "meurtre" dimanche soir. Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de cette affaire.

La victime touchée par un coup de couteau

Les faits se sont déroulés autour de 16h30 vendredi, sur l'esplanade centrale de la cité Pierre-et-Marie-Curie, à Ivry-sur-Seine, au sud-est de Paris. Selon franceinfo, Marjorie, 17 ans, avait retrouvé au pied d'une tour de la cité un adolescent qui s'en serait auparavant pris à sa petite sœur, pour avoir une explication. Après une altercation, le jeune homme s'est rendu chez lui pour se munir d'un couteau. Il est revenu et a poignardé Marjorie à plusieurs reprises, rapporte France Télévisions. Il a ensuite pris la fuite.

L'adolescente, qui a notamment reçu un coup de couteau en plein cœur, est morte malgré l'intervention des secours, précise une source policière à France Télévisions. L'arme du crime a été retrouvée. La police du Val-de-Marne et le parquet de Créteil ont été chargés de l'enquête.

Un adolescent mis en examen pour "meurtre"

Un garçon de 14 ans a été interpellé à Massy (Essonne), au domicile de sa mère, quelques heures après les faits, a annoncé le parquet de Créteil. Originaire de la même cité que la victime, il a un casier judiciaire vierge et aucun antécédent judiciaire, selon son avocat. Une perquisition a été effectuée au domicile de son père, à proximité du lieu du drame. Selon deux amies de la petite sœur de la victime, interrogées par l'AFP, le suspect est quelqu'un "d'un peu excité, qui se fait beaucoup remarquer, c'est un peu la star de la cité". Elles ajoutent qu'il aurait été "exclu l'année dernière du collège".

Il "reconnaît sa participation" et "réalise petit à petit la gravité" des faits, a expliqué son avocat, Adrien Gabeaud, lundi sur franceinfo. L'adolescent, "complètement écrasé par sa responsabilité", a été mis en examen dimanche soir pour "meurtre". Il a été placé en détention provisoire, précise le parquet de Créteil.

La famille de la victime témoigne

"Aujourd'hui, on a pris la vie de ma fille. Et c'est un enfant qui l'a tuée. Ce n'était même pas un adulte. Tout ce que j'ai envie de dire : pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'ils ont assassiné ma fille ?" raconte, bouleversée, la mère de Marjorie à France Télévisions. "Ma fille n'était pas une délinquante, c'était une acharnée des études."

Val-de-Marne : le témoignage de la mère de la victime

"Elle était juste venue régler un problème lié à ma petite sœur. Elle était venue apaiser la situation", assure Cynthia, 33 ans, la grande sœur de la victime, à l'AFP.

Des "problèmes" entre le suspect et la petite sœur de la victime

La mère de Marjorie a évoqué des "problèmes" entre le suspect et la petite sœur de la victime. L'adolescente aurait voulu défendre sa sœur face au garçon. Ce dernier aurait "créé le matin même un groupe Snapchat" au sujet de la petite sœur, rapportent deux de ses amies à l'AFP. De son côté, l'avocat du suspect évoque des échanges sur les réseaux sociaux "dépourvus de menaces". "La sœur de la victime a voulu avoir une explication avec mon client et celle-ci était accompagnée de Marjorie, de son frère et d'autres personnes", explique-t-il sur franceinfo.

"C'est le résultat d'une forme de harcèlement sur les réseaux sociaux", déplore le maire PCF d'Ivry-sur-Seine, Philippe Bouyssou. "Je suis profondément triste et choqué que ce genre d'embrouille puisse déboucher sur un tel drame", ajoute-t-il, expliquant avoir adressé "tout son soutien" à la mère de la victime.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.