Cet article date de plus de six ans.

Une étudiante violée dans un train Paris-Melun en présence d'autres voyageurs

L'homme de 38 ans a été écroué après avoir été identifié par les caméras de surveillance, ont indiqué, lundi, des sources judiciaires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le quai de la gare de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), le 8 janvier 2006 (photo d'illustration). (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

Un homme de 38 ans a été interpellé et écroué à Fleury-Mérogis (Essonne) pour un viol dans un train de banlieue, a indiqué, lundi 16 février, une source judiciaire. Il a été identifié grâce aux caméras de vidéosurveillance. Les faits, révélés par le journal Le Parisien, remontent à la nuit du 4 au 5 février. Ils se sont déroulés dans le compartiment d'un train Paris-Melun, en présence de plusieurs passagers.

Les faits ont pu "échapper" à l'attention des voyageurs

La jeune femme, une étudiante de 22 ans, aurait été accostée par son agresseur alors qu'elle se trouvait sur le quai à attendre son train. Elle l'aurait ignoré, mais ce dernier aurait insisté pour engager la conversation, en s'asseyant à côté d'elle dans le wagon. Au cours du trajet, il l'aurait embrassée de force avant de l'agresser. "Elle a fait l'objet d'une pénétration digitale", a expliqué la source judiciaire, qui précise que les faits ont pu "échapper" à l'attention des voyageurs en "l'absence de réaction visible de la victime".

Selon cette source, la jeune femme aurait, dans un premier temps, réussi à se débarrasser de son agresseur. Mais à l'arrivée du train à Melun, l'homme l'aurait suivie et aurait à nouveau tenté de la violer dans le quartier de la gare, cette fois sans y parvenir. Choquée, la jeune femme ne s'est confiée que deux jours plus tard à des amies, qui l'ont convaincue de prévenir la police. L'agresseur, identifié grâce aux images de vidéosurveillance, a été interpellé lundi dernier, puis mis en examen et écroué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.