Un policier mort en intervention dans la Sarthe, tué par un automobiliste qui tentait de prendre la fuite

Le policier est mort dans la nuit de mercredi à jeudi. Le conducteur a été interpellé. 

Le policier a été tué au Mans dans la Sarthe. 
Le policier a été tué au Mans dans la Sarthe.  (GOOGLE MAPS)

Un policier est mort en intervention au Mans dans la Sarthe jeudi 6 août  peu avant 4 heures du matin, a appris franceinfo auprès du ministère de l'intérieur. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce brigadier de l'unité police secours du Mans, accompagné de deux collègues, était en intervention à la demande des pompiers pour aider un conducteur ivre qui s'était endormi au volant de son véhicule en pleine voie.

Le conducteur interpellé

Le policier était en train de tenter de retirer la clef de contact quand le conducteur a enclenché la marche avant. Il a accéléré et traîné le policier qui a percuté un mur, selon les informations recueillies par franceinfo de source policière. Le brigadier est mort sur place.

Le conducteur, un homme de 26 ans, a été interpellé et placé en garde à vue pour "violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner sur personne dépositaire de l'Autorité Publique", annonce le procureur de la République du Mans. "L'automobiliste en cause a déjà fait l'objet de deux condamnations, dont une pour des faits de conduite sous l'empire d'un état alcoolique et refus d'obtempérer à une sommation de s'arrêter, commis en 2015, et la seconde pour outrage et rebellion, commis en 2018", précise le parquet.

L'automobiliste a été placé en garde à vue. Le parquet explique que des "analyses sont en cours afin de déterminer s'il présentait un taux d'alcoolémie ou d'autres toxines au moment des faits".

Le brigadier décédé était âgé de 43 ans et était père de trois filles. Une enquête a été ouverte. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin a fait part de sa "profonde émotion". Il est attendu à 10h30 à l'hôtel de police du Mans. Stéphane Le Foll, maire du Mans, présente ses "pensées sincères aux forces de police du Mans et de la Sarthe qui viennent de perdre l’un des leurs. Toutes mes condoléances vont à sa famille". 

Un syndicat de police appelle à "prendre conscience de la gravité de la situation"

"Ce deuil doit être celui d'un pays tout entier qui doit prendre conscience de la gravité de la situation", a réagi sur Twitter le syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN). "Après Melanie Lemée [policière mortellement fauchée par un chauffard au début du mois de juillet], c’est un policier, papa de jeunes enfants, qui est tué par un conducteur ivre refusant le contrôle. Combien de morts dans nos rangs pour une prise de conscience urgente ?", s'interroge le syndicat avant d'écrire le mot-clé "Bleu Lives Matter" en échos au Black Lives Matter défendant les vies des personnes noires.

Le SCPN estime qu'il "n’y a jamais eu autant de signaux graves : refus de contrôles, agressions, rebellions, traquenards, violences dans les manifestations, usages d’armes", contre les forces de l'ordre. Pour le syndicat, "les mots ne suffisent plus. Attaquer un policier doit être dissuasif et lourdement puni".