Cet article date de plus de deux ans.

Un homme vend sa commode sur Le Bon Coin... mais oublie ses économies de 180 000 euros dans un tiroir

Les deux hommes venus chercher le meuble ont été interpellés mercredi à leur domicile. Une perquisition a permis de retrouver 138 000 euros, mais le reste avait déjà été dépensé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Deux hommes, dont le concubin de l'acheteuse, sont venus chercher la vieille commode, mise en vente par un sexagénaire qui déménageait. (MAXPPP)

La liasse de billets s'est échappée d'une mallette en fer. Une femme qui avait acheté une machine à laver et une commode sur Le Bon Coin, a eu la surprise de trouver 180 000 euros dans le tiroir du meuble, a appris vendredi France Bleu Azur de sources concordantes, confirmant le récit publié par le quotidien régional Nice-Matin, vendredi 29 juin. Les faits se sont produits à Cannes (Alpes-Maritimes). Ils remontent à dimanche, lorsque deux hommes, dont le concubin de l'acheteuse, sont venus chercher la vieille commode, mise en vente pour 100 euros par un sexagénaire qui déménageait.

"Mais alors que l’un d’eux charge la commode dans l'ascenseur de la résidence, surprise : un tiroir s’ouvre et laisse tomber une mallette en fer", relate Nice Matin. Une mallette qui "regorge de liasses de billets", précise le quotidien. Le tout en coupure de 50 et 100 euros. Ce n'est qu'après avoir finalisé la vente que le propriétaire s'est souvenu qu'il avait placé ses économies dans son meuble.

La commode abandonnée sur un trottoir

Les policiers ont retracé toute l'histoire en utilisant de nombreuses images de vidéosurveillance. L'homme qui a fait la découverte s'empare des billets et se dépêche d'aller les cacher dans son fourgon, donnant simplement 1 000 euros à son acolyte, en lui faisant croire qu'il n'y avait que 2 000 euros, précise France Bleu Azur. Il ne dit pas non plus un mot à sa compagne qui a acheté le meuble, et qui, ironie de l'histoire, décidé d'abandonner la commode sur un trottoir, ne la trouvant finalement pas à son goût.

Une perquisition dans le fourgon de l'un des deux déménageurs occasionnels a permis de remettre la main sur 138 000 euros, qui ont été rendus au sexagénaire."Le reste avait déjà été dépensé en restos et provisions diverses", indique Nice Matin. L'un est poursuivi pour vol, l'autre pour recel. Ils comparaîtront le 5 décembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.