Cet article date de plus de huit ans.

Tunisie : un douanier tué dans une nouvelle attaque terroriste

La Phalange Okba Ibn Nafaa, un groupe extrémiste armé lié à Al-Quaïda, a revendiqué un attentat contre la douane tunisienne survenu dimanche. Un agent est décédé et trois autres ont été blessés, dont deux gravement.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (L'armée et la police tunisienne en patrouille dans le gouvernorat de Kasserine, près de la frontière algérienne © REUTERS)

L’attaque et son issue ont été confirmées ce lundi par le Ministre des Finances tunisien Slim Chaker à la radio Mosaïque FM. Un douanier est mort et trois autres blessés, dont deux gravement, dans une attaque terroriste contre leur patrouille, près du poste de Bouchebka, dans le gouvernorat de Kasserine (centre-ouest du pays).

 

Depuis la fusillade du Bardo, il y a cinq mois, la Tunisie est la proie des djihadistes qui multiplient les attentats sur son territoire, notamment contre les représentants de l’ordre. Mercredi dernier, un policier a été abattu par deux hommes à moto près de Sousse. Hier, une branche armée d’Al-Quaïda s’en est donc pris à la garde douanière du pays, qui dépend au Ministère des finances. Les membres du groupe ont revendiqué l’assaut sur un site internet djihadiste, ils auraient tendu une embuscade aux douaniers.

Etat d'urgence jusque début octobre

Cette faction n’en serait pas à son coup d’essai. Tunis affirme qu’elle est derrière l’attaque du Bardo, bien que revendiquée par Daech. Les autorités tablent sur une scission au sein de la Phalange Okba Ibn Nafaa, dont une partie aurait rejoint Daech.

Elles ont déclaré la guerre à ce groupe dont elles affirmaient à travers le Ministre de l'intérieur, Najem Gharsalli, l'avoir détruit à 90%. L'état d'urgence est toujours de mise en Tunisie depuis juillet dernier et la mort de 38 touristes lors d'une attaque contre un hôtel. Il a été repoussé de deux mois et court jusque début octobre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.