Cet article date de plus de sept ans.

Ce que l'on sait des deux hommes qui ont égorgé un soldat à Londres

Ils sont tous deux britanniques d'origine nigériane, affirment les médias outre-Manche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les enquêteurs fouillent une maison dans le Lincolnshire (nord-est de l'Angleterre), le 23 mai 2013. (LINDSEY PARNABY / AFP)

Qui sont les deux hommes qui ont tué un soldat en pleine rue, dans le quartier de Woolwich, à Londres, mercredi 22 mai ? Blessés par les forces de l'ordre alors qu'ils tentaient de riposter, ils ont été arrêtés et transférés à l'hôpital. Plusieurs médias avancent qu'ils sont britanniques d'origine nigériane. Francetv info revient sur les premiers éléments de l'enquête.

Leur parcours

Les agresseurs seraient britanniques. Plusieurs médias affirment que l'un des tueurs a été identifié comme étant Michael Olumide Adebolajo, un homme de 28 ans d'origine nigériane. Le Guardian (en anglais) indique qu'il a grandi dans la banlieue londonienne, à Romford. Il s'agit de l'homme qui s'exprime, avec un accent londonien, sur la vidéo tournée par un témoin du meurtre. Selon les sources contactées par la BBC (en anglais), Michael Olumide Adebolajo est issue d'une famille chrétienne très pieuse et se serait converti à l'islam en 2001. Il a étudié à l'université de Greenwich, dans la banlieue de Londres, et est décrit comme un élève "vif et plein d'esprit".

Selon le Guardian et la BBC, les enquêteurs ont fouillé la maison de sa sœur à Romford ainsi qu'un appartement à Greenwich. Ils ont aussi inspecté une maison dans le Lincolnshire (nord-est de l'Angleterre), où réside une partie de la famille du tueur.

Le nom du deuxième agresseur n'a pas été révélé. Selon le Guardian, il est né au Nigeria et a été naturalisé britannique. La BBC affirme que ces deux personnes étaient connues des services de sécurité.

Leurs liens avec des organisations islamistes

Les agresseurs n'auraient aucun lien avec des groupes extrémistes nigérians comme Boko Haram. Leur acte est vraisemblablement le fait de "loups solitaires" endoctrinés sur des forums internet, selon des experts britanniques cités par l'AFP. The Independent (en anglais) affirme que Michael Olumide Adebolajo s'était rapproché du Al-Muhajiroun, un groupe islamiste interdit, lié au terrorisme international et basé en Angleterre. Anjem Choudary, le leader du mouvement, a expliqué au journal qu'il avait reconnu Michael sur la vidéo, mais qu'il ne l'avait pas vu depuis deux ans.

La chaîne Sky News (en anglais) ajoute, sans dire de quel suspect il s'agit, que l'un des tueurs est connu pour avoir été arrêté alors qu'il tentait de rejoindre le mouvement islamiste des shebab en Somalie.

Leurs revendications

Filmé par un témoin, l'un des tueurs a justifié son acte en tenant un discours vengeur : "La seule raison pour laquelle nous avons tué cet homme aujourd'hui, c'est que des musulmans sont tués quotidiennement par des soldats britanniques. Avec ce soldat britannique, c'est œil pour œil et dent pour dent."

Sans faire référence à un territoire précis, il ajoute : "Nous jurons par Allah le tout-puissant que nous n'arrêterons jamais de vous combattre tant que vous ne nous laisserez pas tranquilles. Qu'est-ce que cela peut vous faire si nous voulons vivre selon la charia en terres musulmanes ?" Avant de conclure : "Laissez nos terres tranquilles et vous vivrez en paix." Selon le Guardian, la victime avait servi en Afghanistan. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.