Cet article date de plus de dix ans.

La mère du tueur de Washington a le "cœur brisé" pour les familles des victimes

Le chef du Pentagone a pour sa part reconnu que "des signaux d'alerte" auraient pu être décelés lorsque Aaron Alexis était engagé dans la marine. L'homme a tué 12 personnes lundi 16 septembre, avant d'être lui-même abattu par la police.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des policiers montent la garde devant l'entrée du domicile de la mère de l'auteur de la tuerie de Washington, le 17 septembre 2013 à New York (Etats-Unis). (ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

D'une voix tremblante, la mère d'Aaron Alexis, l'auteur de la tuerie de Washington, lundi, a présenté ses excuses aux familles des 12 victimes, mercredi 18 septembre. Cathleen Alexis a lu un bref communiqué sur CNN.

"Je suis tellement désolée de qui est arrivé. Mon cœur est brisé", a-t-elle déclaré. "Je ne connais pas les raisons de son geste et je ne pourrai jamais lui demander", a-t-elle ajouté, évoquant en filigrane la mort de son fils, abattu par la police. "Ses actes auront des conséquences profondes et éternelles sur les familles des victimes" mais "Aaron ne pourra plus jamais faire de mal là où il est aujourd'hui, et j'en suis heureuse", a-t-elle conclu. 

Un profil dangereux qui n'a pas été décelé

"Manifestement, quand on regarde avec le recul, il y avait des signaux d'alerte, bien sûr qu'il y en avait", a pour sa part reconnu le chef du Pentagone, Chuck Hagel. Aaron Alexis a en effet servi dans la Navy, la marine américaine, entre 2007 et 2011. "Pourquoi [ces signaux d'alerte] n'ont-ils pas été décelés, pourquoi les procédures d'habilitation n'en ont pas tenu compte, que faisait-il ? Ce sont des questions légitimes auxquelles nous allons devoir répondre", a admis le secrétaire à la Défense lors d'une conférence de presse.

La veille, il a ordonné la réalisation d'audits de sécurité sur les conditions d'accès aux installations militaires américaines dans le monde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.