Le procès du jihadiste français Mehdi Nemmouche s'ouvre à Bruxelles

Il y a quatre ans, il avait ouvert le feu dans la musée juif de Bruxelles, tuant quatre personnes. Le procès est organisé sous très haute sécurité.

Voir la vidéo
France 2

Un important dispositif policier s’est déployé autour du tribunal, épaulé de blindés légers et d'un hélicoptère, pour sécuriser ce procès qui devrait durer six semaines à partir du jeudi 10 janvier. 120 personnes sont appelées à la barre : des témoins direct ou indirect de la tuerie du 24 mai 2014, mais également des familles des quatre victimes et des membres de la famille de Mehdi Nemmouche. Il y aura également des témoins de moralité, dont les quatre journalistes français qui avaient été retenus en otage en Syrie et qui assurent avoir reconnu Mehdi Nemmouche comme leur geôlier, détaille le journaliste de France 2 Valéry Lerouge depuis Bruxelles.  

Réclusion criminelle à perpétuité  

Le jihadiste encourt la réclusion à perpétuité. Il nie être l'auteur de cette tuerie même si de nombreux faits l’accablent, notamment les armes retrouvées dans son sac de sport ou des vêtements identiques à ceux portés par le tueur. Ses avocats, bien connus du barreau de Bruxelles, habitués des affaires de terrorisme, ont promis qu'ils allaient démonter une à une les preuves prétendues contre leur client, conclut Valéry Lerouge.

Le JT
Les autres sujets du JT
Portrait de Mehdi Nemmouche, principal suspect dans la tuerie du Musée juif de Bruxelles (Belgique).
Portrait de Mehdi Nemmouche, principal suspect dans la tuerie du Musée juif de Bruxelles (Belgique). (PHOTONONSTOP / AFP)