Cet article date de plus de huit ans.

Tuerie de Haute-Savoie : des liens encore flous entre les victimes

Rien ne permet pour le moment de confirmer qu'il existe un lien de parenté entre les deux enfants et les trois corps découverts dans la voiture. Son propriétaire est un Britannique d'origine irakienne basé à une trentaine de kilomètres de Londres. Deux passeports, un irakien et un suédois, ont par ailleurs été découverts dans la voiture.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Neil Hall Reuters)

Seule certitude pour l'instant : le cycliste tué par
balle en dehors de la voiture était "au mauvais endroit au mauvais moment " ,
d'après les déclarations du procureur de la République d'Annecy, Marc Maillaud. L'homme de 45 ans vivait dans une commune à proximité de la tuerie. Pour le reste, l'identité et les liens de parenté des trois corps découverts
dans la voiture et des deux enfants rescapés n'est pas encore établie.

Britannique d'origine irakienne

Ce que l'on sait avec certitude, c'est que le propriétaire
de la voiture – qui n'est pas forcément le conducteur – a été identifié grâce à
un passeport laissé au camping où séjournaient les victimes. Il s'agit de source policière de Saad al-Hilli. Un
homme de 50 ans né à Bagdad, arrivé avec sa famille en Angleterre dans les années 70 et naturalisé britannique depuis 2002. 

L'homme, son épouse et leurs deux enfants vivaient dans un pavillon coquet de Claygate à une trentaine de kilomètres au sud de Londres. Saad al-Hilli avait créé une entreprise de conseil informatique spécialisée dans l'aéronautique. Son épouse en était la secrétare. Son dernier client était une société de satellites appartenant au groupe EADS a expliqué Julian Stedman, le comptable de Saad al-Hilli. Selon lui, la victime présumée n'avait sans doute pas connaissance "de secrets dangereux."

Identification ADN en cours

Selon un témoignage recueillis sur place après d'un homme se
présentant comme son comptable, Saad al-Hilli est bien parti en vacances dans
les Alpes françaises. Autre élément venu d'outre-Manche : l'école primaire
locale compte bien parmi ses élèves une fille de 7 ans qui porte le nom
du propriétaire du break BMW. Une identification d'ADN est en cours pour
confirmer qu'il était bien au volant de sa voiture. La police anglaise perquisitionne le domicile londonien.

Deux passeports découverts

Sur la scène du crime, les enquêteurs ont par ailleurs retrouvé
deux passeports, l'un irakien, l'autre suédois. Le ministère suédois des Affaires étrangères a confirmé que la plus âge des femmes, qui a 74 ans, était de nationalité suédoise sans toutefois préciser son identité. 

Aucun document n'a été
découvert pour l'instant pour la plus jeune des femmes et les deux fillettes
qui ont survécu.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.