Troisième vol de bijoux en une semaine près de Cannes

Après le Carlton et un horloger de luxe, des chambres d'un palace de la presqu'île du Cap Ferrat ont été visitées. Butin : 40 000 euros.

Le Grand Hôtel de Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes), le 6 mai 2011.
Le Grand Hôtel de Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes), le 6 mai 2011. (VALERY HACHE / AFP)

Un Arsène Lupin des temps modernes serait-il à l'œuvre sur la Côte d'Azur ? Après le spectaculaire casse du Carlton de Cannes, un autre palace de la région a été victime d'un vol de bijoux vendredi 2 août : le Grand Hôtel de Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes). Le butin est cependant sans commune mesure avec le précédent cannois, les voleurs ayant dérobé 40 000 euros de bijoux et autres objets de valeurs, contre 100 millions d'euros de pierre précieuses précédemment.

Le mode opératoire était par ailleurs beaucoup plus discret : lorsque la direction de l'hôtel a constaté le larcin, vendredi vers 20 heures, il était déjà trop tard. Les petits coffre-forts individuels de trois chambres du palace avaient été brisés.

Une chambre du Grand Hotel de Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes), le 6 mai 2011.
Une chambre du Grand Hotel de Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes), le 6 mai 2011. (VALERY HACHE / AFP)

Le ou les voleurs en fuite

 

Le ou les cambrioleurs ont pris la fuite malgré le bouclage des routes de la presqu'île, située à l'est de Nice, où seuls les plus fortunés peuvent s'offrir l'une des magnifiques villas qui surplombent la mer. 

Ce type de cambriolage est très fréquent sur la Côte d'Azur en été. Mais la région connaît en parallèle une série de casses de plus haute volée : outre celui du Carlton, un braquage a visé mercredi matin un horloger de luxe sur la Croisette, toujours à Cannes.