Trois personnes interpellées dans le Var pour un vaste trafic de pots catalytiques avec la Pologne

Un Français et deux Polonais ont été arrêtés lundi dans le cadre d'une enquête sur un trafic de pots catalytiques entre les deux pays. Le préjudice pour les victimes est estimé à plus de 80 000 euros.

Article rédigé par
avec France Bleu Provence - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un garagiste examine un pot d'échappement catalytique à Bordeaux (Gironde), le 13 mars 2013 (illustration). (LARTIGUE STEPHANE / MAXPPP)

Trois personnes, un Varois et deux Polonais, ont été interpellées mardi 12 octobre à La Seyne-sur-Mer (Var), dans le cadre d'une enquête concernant un vaste trafic de pots catalytiques, selon les informations de France Bleu Provence. Toutes sont suspectées d'être impliquées dans ce réseau qui agit entre la France et la Pologne. 

Lors de leur interpellation, un fourgon chargé de 150 pots catalytiques et 20 000 euros en liquide ont été saisis par les enquêteurs. La sûreté départementale du Var a déjà établi une liste d'une cinquantaine de victimes dans toute l'agglomération toulonnaise et évalué le préjudice à plus de 80 000 euros. Le recensement des victimes se poursuit. Les vols se sont notamment déroulés au printemps 2021, dans toute l'agglomération toulonnaise.

Des pots revendus entre 100 et 200 euros

Ce trafic était organisé en plusieurs étapes. Trois personnes commençaient par voler les pots catalytiques sur les véhicules. Le commanditaire présumé, un habitant de La Seyne-sur-Mer très défavorablement connu des services de police, cachait ensuite les pots dans son compteur électrique, situé devant son domicile. Il revendait ensuite le butin à deux Polonais, chaque pot étant payé entre 100 et 200 euros. La marchandise était enfin chargée dans un fourgon de location qui traversait l'Europe pour rejoindre la Pologne. 

Les enquêteurs ont progressivement remonté la piste du trafic. Au mois de juin, ils ont interpellé en flagrant délit les trois personnes chargées de voler les pots, alors qu’elles étaient en train d’en découper un avec une scie. 

Le réseau avait organisé ces vols car les pots catalytiques renferment des métaux précieux, comme du palladium, du platine et surtout du rhodium. Un gramme de rhodium peut être vendu autour de 400 euros, contre 50 euros pour l'or.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.