Attentat à Nice : l'effroi règne à Saint-Étienne-du-Rouvray

L'attentat survenu jeudi 29 octobre à la cathédrale Notre-Dame de Nice (Alpes-Maritimes) a semé l'effroi chez les catholiques. Le choc s'est particulièrement fait ressentir à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), où le père Jacques Hamel s'est fait égorger en 2016.

France 3

Le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel a perdu la vie dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). Le jeudi 29 octobre 2020, sa soeur est venue prier pour les victimes de l'attentat de Nice (Alpes-Maritimes), survenu plus tôt dans la journée. L'attaque a ravivé chez elle de terribles souvenirs. "Cela nous a mitraillé l'intérieur, de notre coeur, de notre esprit, de notre âme, et cela a fait revivre notre propre douleur", souffle Roseline Hamel. Quatre ans plus tôt, deux hommes se sont introduits dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray à l'heure de la messe. Ils ont égorgé le père Jacques Hamel devant ses paroissiens, puis, après avoir pris plusieurs fidèles en otage, ils ont été abattus par les forces de l'ordre.

Ramener "un peu de paix"

L'attaque d'une autre église à Nice est un nouveau choc pour l'archevêque de Rouen. "Nous voulions venir prier, demander au père Jacques d'intercéder auprès de Dieu, notre Dieu d'amour, pour qu'il ramène un peu de paix pour ses coeurs qui sont pris dans une spirale de haine", indique Mgr Dominique Lebrun. Les fidèles craignent de nouvelles attaques contre les catholiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dominique Lebrun, le 26 juillet 2017. 
Dominique Lebrun, le 26 juillet 2017.  (CHARLY TRIBALLEAU / POOL / AFP POOL)