Cet article date de plus de huit ans.

Policiers tués à Magnanville : les personnalités menacées par Abballa placées sous protection

Plusieurs journalistes, un universitaire et deux rappeurs ont été cités, lundi, comme cibles potentielles par l'assassin d'un couple de policiers à Magnanville (Yvelines), dans une vidéo diffusée sur Facebook.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Photo publiée sur Facebook de Larossi Abballa, qui a tué un couple de policiers à Magnanville (Yvelines), lundi 13 juin 2016. (LAROSSI ABBALLA / FACEBOOK)

Les personnalités publiques - plusieurs journalistes, un universitaire et deux rappeurs - cibles de menaces de l'assassin d'un couple de policiers à Magnanville (Yvelines), dans la soirée du lundi 13 juin, ont été placées sous protection policière. "Ils sont protégés, bien sûr. Même si ça peut être des élucubrations", indique, jeudi 16 juin, une source gouvernementale.

Larossi Abballa, après avoir tué à l'arme blanche le commandant de police Jean-Baptiste Salvaing et sa compagne Jessica Schneider, également fonctionnaire de police, à leur domicile, a enregistré une vidéo de revendication au nom de l'organisation Etat islamique (EI). Sur ces images, diffusées sur l'application Facebook Live puis supprimées des réseaux sociaux, l'assassin s'adresse à la "oumma islamiya" (la "nation musulmane") et multiplie les appels au meurtre : policiers, gardiens de prison, journalistes, députés et maires...

Allégeance à l'EI

Sont nommément visés cinq journalistes, un universitaire et deux rappeurs, dont francetv info, comme plusieurs médias, a choisi de ne pas diffuser les noms. Le meurtrier s'en prend également aux "imams égareurs", citant nommément un imam considéré comme fondamentaliste mais visé par des sympathisants de l'EI, sans, cette fois, menace directe de mort.

Dans sa vidéo de revendication, l'assassin du couple, un Français de 25 ans, fait allégeance à l'EI et à son chef Abou Bakr Al-Baghdadi et promet également que l'Euro 2016 de football sera "un cimetière", et que l'EI "réserve d'autres surprises".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.