Cet article date de plus de six ans.

Marie-Agnès revient sur la radicalisation de son fils, mort en Irak

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Une équipe de France 2 a rencontré la mère de Pierre Choulet, parti faire le jihad en Syrie et en Irak.

Le 23 octobre 2013, restera gravé dans la mémoire de Marie-Agnès Choulet. Elle se trouve dans la chambre étudiante de son fils quand la terrible nouvelle tombe : la mère de famille apprend que son fils, Pierre, est parti faire le jihad en Syrie, après avoir retrouvé ce mot : "Maman, je suis parti aider des Syriens et des Syriennes. Ne vous inquiétez pas. Je vous donne des nouvelles dès que possible. Je vous aime. Bisous".

L'intérêt de Pierre pour l'islam remonte à 2011. "En première, il nous a parlé de l'islam. Il me dit 'qu'est-ce t'en penses' ?", se souvient la mère de famille. Le jeune homme fréquente la mosquée, mais n'en parle ni à ses parents, ni à ses amis.

"Tout s'écroule"

Peu à peu, son fils se radicalise. "On voyait bien un changement de comportement. Niveau habillement, la nourriture...", poursuit Marie-Agnès, qui pensait alors "que ça allait lui passer". "On n’a rien vu venir", finit-elle par lâcher.

Les seize derniers mois, Pierre raconte à sa mère qu'il fait de l'humanitaire en Syrie. Mais il y a dix jours, l'État islamique annonce qu'un Français est mort en kamikaze en Irak. Sa mère reconnaît la photo de son fils. "D'un ange, ils m'en ont fait un monstre, c'est ça qui est le plus dur", déplore cette mère de famille, en pleurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Terrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.