Le "Wall Street Journal" annonce la mort du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar

Selon le "Wall Street Journal", le chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar aurait été tué en novembre lors d'une frappe aérienne française en Libye.

Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar, dans une vidéo de propagande diffusée en janvier 2013. 
Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar, dans une vidéo de propagande diffusée en janvier 2013.  (REUTERS TV)

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar aurait été tué par une frappe aérienne française en Libye, a annoncé dimanche 27 novembre le Wall Street Journal, citant des sources militaires américaines. Une information confirmée lundi 28 novembre par un responsable américain auprès de l'AFP.

C'est au moins la troisième fois que ce chef terroriste, membre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), est annoncé mort, rappelle le JDD. Selon le quotidien new-yorkais, il aurait été tué au cours d'une opération au mois de novembre 2016. Pour l'heure, ni les Etats-Unis et la France n'ont officiellement confirmé cette information. 

Une première frappe française en Libye depuis 2011

Une frappe aérienne française en Libye serait une première depuis 2011, rapporte sur Twitter le journaliste et spécialiste des questions jihadistes David Thomson. La France était alors engagée dans une coalition avec les Etats-Unis contre le régime de Mouammar Kadhafi.

Les forces spéciales françaises sont engagées en Libye où elles combattent les jihadistes de l'Etat islamique. Trois militaires français ont trouvé la mort dans le pays en juillet dernier. Ils appartenaient au centre d'entraînement du service action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le service de renseignement extérieur de la France.