Fusillade de Strasbourg : la France passe en alerte "urgence attentat"

Le niveau du plan Vigipirate a été relevé à son plus haut mercredi 12 décembre. La France est donc en alerte "urgence attentat". Depuis le ministère du l'Intérieur, Sophie Gauthier fait le point.

France 2

Au ministère de l'Intérieur mardi 11 décembre, une cellule de crise s'est tenue en présence d'Emmanuel Macron. Le niveau d'alerte du plan Vigipirate est au plus haut. "Le plan urgence attentat, c'est tout simplement le niveau d'alerte le plus élevé", explique depuis la place Beauvau Sophie Gauthier. "C'est surtout la première fois qu'il est activé dans l'Hexagone depuis les attentats de 2015". Le plan Vigipirate a été révisé. Il comprend aujourd'hui "trois niveaux de menace : la vigilance, la sécurité renforcée et l'urgence attentat".

Un niveau d'alerte temporaire


Ce dernier, décrété vers 2h30 mercredi, est "un des plus hauts niveaux d'alerte. Il permet de mettre en place des mesures exceptionnelles, comme la fermeture des routes, du métro ou encore l'arrêt des déplacements scolaires si cela est nécessaire", explique la journaliste. "Il permet aussi de mettre en place des mesures exceptionnelles en termes d'alerte de la population", ajoute Sophie Gauthier. L'état d'urgence attentat est toutefois une mesure temporaire et donc limitée dans le temps. "Il intervient juste après un attentat, ou en cas de menace imminente, le temps de gérer la crise".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des forces de l\'ordre dans les rues de Strasbourg (Bas-Rhin), le 12 décembre 2018.
Des forces de l'ordre dans les rues de Strasbourg (Bas-Rhin), le 12 décembre 2018. (PATRICK HERTZOG / AFP)