Fusillade à Copenhague : "On a couru pour notre vie", des témoins racontent l'attaque du centre commercial

Une fusillade dans un centre commercial de Copenhague au Danemark a fait trois morts et trois blessés dans un état critique. Un suspect de 22 ans a été arrêté, après avoir semé la panique dans ce grand centre commercial, Fields, situé entre le centre-ville et l'aéroport.

Article rédigé par
Jean-Jacques Héry - Phéline Leloir-Duault - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le centre commercial Fields, à Copenhague, fermé après une fusillade qui a fait trois morts et plusieurs blessés, le 4 juillet 2022. (MADS CLAUS RASMUSSEN / RITZAU SCANPIX / AFP)

Il était 17 heures 30, dimanche 3 juillet, lorsqu'un homme de 22 ans, armé d'un fusil, a ouvert le feu sur les clients d'un grand centre commercial de Copenhague. Trois personnes ont été tuées, plusieurs autres blessées dont trois dans un état critique.

Les tirs ont provoqué un mouvement de panique au sein de Fields, ce grand centre commercial situé entre le centre-ville de Copenhague et l'aéroport, alors que de nombreuses personnes étaient présentes sur les lieux, à quelques heures du concert de la star britannique Harry Styles, prévu dans une salle voisine, qui a été annulé dans la soirée. 

"Mes filles devaient aller voir Harry Styles. Elles m'ont appelé pour dire que quelqu'un tirait. Elles étaient dans un restaurant quand ça s'est passé", a dit à l'AFP Hans Christian Stolz, un Suédois de 53 ans venu chercher ses enfants sur place. "Nous pensions au départ que c'était des gens qui couraient parce qu'ils avaient vu Harry Styles, puis on a compris que c'était des gens en panique (...) On a couru pour notre vie", ajoute sa fille, Cassandra. Sur Snapchat, le chanteur britannique s'est dit "choqué" et a adressé ses prières à "tous ceux touchés par la fusillade".

Contraintes de se cacher dans les toilettes

Dès les premiers coups de feu, plus d'une centaine de personnes se sont ruées à l'extérieur de la galerie commerciale, d'autres se sont cachées à l'intérieur. Une témoin raconte : "Nous étions sur le point de commander à manger, puis nous avons entendu des coups de feu. Deux, trois, quatre coups."

"J'ai dit à ma fille qui était assise de s'allonger par terre, puis on s'est précipité dans les toilettes pour handicapés. On a fermé la porte, et on est resté là peut-être une heure trente."

Une témoin de la fusillade

à franceinfo

Après l'intervention de la police, le tireur a été rapidement arrêté, sans violence. Le suspect est décrit comme un "Danois de souche" de 22 ans. Ses motivations et son profil restent flous : selon la police, il aurait agi seul. D'après le chef de la police de Copenhague, Søren Thomassen, l'homme est connu des autorités "mais seulement de façon périphérique" et "rien n'indique qu'il a eu des complicités". 

Un homme connu "pour des antécédents psychiatriques"

Des vidéos qui circulent depuis dimanche soir sur les réseaux sociaux, sont considérées comme authentiques par la police. Le tireur y apparaît, posant avec des armes, mimant des gestes de suicide ou évoquant un traitement avec un médicament puissant prescrit en psychiatrie "qui ne marche pas". Son nom n'a pas été rendu public mais Søren Thomassen a confirmé qu'il était connu "pour des antécédents psychiatriques".

Des témoins ont raconté que, durant la fusillade, l'homme serait resté calme, sans jamais courir. Il aurait même tenté de piéger ses victimes en leur expliquant que son arme était factice pour les inciter à ne pas s'éloigner. Les trois morts sont un adolescent et une adolescente danois de 17 ans tous les deux, ainsi qu'un Russe de 47 ans vivant au Danemark, selon des sources policières. "Notre analyse est qu'il s'agit de victimes choisies au hasard, rien n'indique qu'il s'agisse d'un acte terroriste", a indiqué le chef de la police de Copenhague.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Terrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.