Danemark : trois morts après une fusillade dans un centre commercial de Copenhague, le suspect a des antécédents psychiatriques, annonce la police

D'importants renforts de police ont été dépêchés aux abords du centre commercial Fields dans le quartier d'Amager, situé entre le centre-ville et l'aéroport de la capitale. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des personnes s'enfuient du centre commercial Fields à Copenhague, au Danemark, le 3 juillet 2022.  (OLAFUR STEINAR GESTSSON / RITZAU SCANPIX / AFP)

Trois personnes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées, dimanche 3 juillet en fin de journée, après une fusillade dans un grand centre commercial à Copenhague, a annoncé la police danoise lors d'une conférence de presse. Le suspect arrêté par la police est un "Danois de 22 ans", avec des antécédents psychiatriques, a précisé l'inspecteur en chef de la police de Copenhague, Søren Thomassen, affirmant que rien n'indique à ce stade "un acte terroriste". Selon lui, le jeune homme a choisi ses victimes "au hasard".

Les trois morts sont un adolescent et une adolescente danois de 17 ans tous les deux, ainsi qu'un Russe de 47 ans vivant au Danemark, a précisé la police. Les quatre blessés, qui sont dans un état grave, sont deux Danoises de 19 ans et 40 ans et deux Suédois, un homme de 50 ans et une adolescente de 16 ans.

Le concert de Harry Styles annulé

D'autres personnes ont été légèrement blessées dans le mouvement de panique provoqué par la fusillade dans le centre commercial Fields, situé dans le quartier d'Amager sur la route de l'aéroport de Copenhague.

Lorsque les premiers coups de feu ont été entendus, plus d'une centaine de personnes se sont ruées à l'extérieur de la galerie commerciale, selon des témoins cités par les médias danois. De nombreux visiteurs se trouvaient sur place avant un concert de la star britannique Harry Styles dans une grande salle voisine, qui a été annulé dans la soirée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.