Enseignant décapité dans les Yvelines : une profession visée

Après l'attentat perpétré à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le corps enseignant a tenu à rendre hommage à l'enseignant assassiné. La profession se sent aujourd'hui ciblée.

France 2

Dans la France entière, samedi 17 octobre, parents d'élèves et enseignants ont tenu à se rassembler pour rendre hommage au professeur assassiné la veille à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). "On ne peut jamais imaginer qu'on s'en prenne à un enseignant qui fait son travail. On ne pouvait pas imaginer qu'on s'en prenne vraiment à l'ensemble de l'institution de ce qu'on représente vraiment", explique un professeur au micro de France Télévisions.

"On est une cible potentielle"

Dans ce lycéen parisien, les élèves ont été réunis dans la cour pour se recueillir. Tous se disent bouleversés par les événements. "Je trouve ça super perturbant de se dire que notre professeur d'histoire-géographie aurait pu être tué parce qu'il a fait cours", témoigne anonymement une élève. Laurent Piel, professeur d'histoire géographie au lycée Buffon, à Paris, était présent au rassemblement : "Comme beaucoup de collègues, on a pensé qu'on était assez exposé, dans la mesure où on représente la liberté, l'égalité et la fraternité inscrites aux frontons de nos établissements. Ce sont des valeurs qui ne plaisent pas à certains et donc on est une cible potentielle."


Le JT
Les autres sujets du JT
Le collège du Bois d\'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (capture écran).
Le collège du Bois d'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (capture écran). (GOOGLE STREET VIEW)