Assassinat de Samuel Paty : cinq jeunes majeurs en garde à vue

Ils sont soupçonnés d'avoir échangé virtuellement avec l'assassin du professeur d'histoire-géographie via des messageries en évoquant la sphère jihadiste.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un portrait de Samuel Paty posé à terre lors d'une marche blanche en hommage au professeur d'histoire-géographie, le 20 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). (MICHAEL BUNEL / LE PICTORIUM / MAXPPP)

Cinq jeunes majeurs sont en garde à vue depuis lundi 7 décembre au matin, dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, a appris mardi 8 décembre au soir franceinfo de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Ces jeunes ont été interpellés notamment en Seine-Maritime. Contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps, il n'y a pas eu d'interpellation en Haute-Loire, indique la préfecture de ce département dans un communiqué publié mercredi 9 décembre.

>>> Assassinat de Samuel Paty : un rapport pointe la réactivité de l'institution mais un défaut de surveillance des réseaux sociaux.

Ces jeunes, âgés de 18 à 21 ans, sont soupçonnés de faire partie de l'entourage de l'assaillant Abdoullakh Anzorov. Ils sont, comme lui, d'origine tchétchène. Les enquêteurs les soupçonnent d'avoir échangé virtuellement avec l'assassin de Samuel Paty via des messageries en évoquant la sphère jihadiste. 

Dans cette enquête, 14 personnes ont été mises en examen, dont neuf pour "complicité d'assassinat terroriste" et quatre pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Samuel Paty, enseignant de 47 ans, a été décapité le 16 octobre 2020 à la sortie de son collège de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, par Abdoullakh Anzorov, un réfugié d’origine tchétchène de 18 ans, pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors de cours début octobre sur la liberté d’expression.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.