Projet d'attentat déjoué à Paris : de possibles nouvelles mises en examen

Une semaine après l'attentat manqué près de Notre-Dame de Paris, cinq personnes sont toujours entendues par les enquêteurs de la sécurité intérieure. Des mises en examen pourraient avoir lieu ce lundi  12 septembre.

France 2

Ce lundi matin, ils sont encore cinq en garde à vue. Trois jeunes femmes sont encore entendues dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret, devant lesquels s'exprime la journaliste de France 2, Ambrine Bdida. Il y a Inès Madani, 19 ans, la fille de la propriétaire de la Peugeot retrouvée près de Notre-Dame et aussi Amel Sakaou, 39 ans, propriétaire de l'appartement de Boussy-Saint-Antoine (Essonne). Elles y ont été arrêtées jeudi soir avec Sarah Hervouët, proche des auteurs des attentats de Magnanville et de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Déjà une mise en examen

Deux de leurs proches sont aussi interrogés par les policiers. Leur garde à vue s'arrête ce lundi soir sauf si elle est prolongée de 48 heures si le risque d'attentat est jugé imminent. Samedi soir, Ornella Gilligman, 29 ans, a avoué avoir participé à la préparation de l'attentat déjoué. Elle a été mise en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et tentative d'assassinat en bande organisée.

Le JT
Les autres sujets du JT