Attentat déjoué à Paris : le suspect avait-il des complices ?

Les enquêteurs s'interrogent sur les complicités dont a pu bénéficier Sid Ahmed Ghlam dans son projet d'attaque contre des églises franciliennes.

Sid Ahmed Ghlam, un étudiant algérien de 24 ans, est suspecté d\'avoir projeté d\'attaquer deux églises en région parisienne.
Sid Ahmed Ghlam, un étudiant algérien de 24 ans, est suspecté d'avoir projeté d'attaquer deux églises en région parisienne. (M6 )

Sid Ahmed Ghlam a-t-il agi seul ? Quelques jours après l'arrestation de cet étudiant de 24 ans, qui projetait d'attaquer deux églises de Villejuif (Val-de-Marne), les enquêteurs sont à la recherche d'éventuels complices. RTL affirme d'ailleurs jeudi 23 avril que deux personnes sont recherchées par les enquêteurs.

Francetv info revient sur les éléments qui laissent penser que le jeune Algérien a pu bénéficier de complicité.

Un commanditaire "pouvant se trouver en Syrie"

Le procureur de la République de Paris François Molins rapporte, jeudi 23 avril, que Sid Ahmed Ghlam "était en contact avec une autre personne pouvant se trouver en Syrie avec laquelle il échangeait sur les modalités de la commission d'un attentat, ce dernier lui demandant de cibler une église".

"Son interlocuteur semble téléguider l’opération, explique une source policière au Monde. Il lui demande expressément de cibler une église (...) Sid Ahmed Ghlam explique à un moment qu’il ne se sent pas prêt, mais son interlocuteur le presse de passer à l’action". On ignore, à ce stade de l'enquête, l'identité de ce mystérieux commanditaire.

Une livraison d'armes à Aulnay-sous-Bois

C'est ce contact qui aurait permis à Sid Ahmed Ghlam de se procurer des armes. Selon les informations de France 2, en examinant l'ordinateur du jeune homme, les enquêteurs sont tombés sur des messages lui demandant de se rendre à Aulnay-sous-bois (Seine-Saint-Denis). Il y récupère, dans une cachette, les clés d'une voiture. A l'intérieur, des sacs avec des armes et des gilets pare-balles.

Si le commanditaire se trouve effectivement en Syrie, comme le soupçonnent les enquêteurs, la question du livreur d'armes se pose. S'agit-il de la même personne que le commanditaire, qui aurait alors dissimulé les armes avant de quitter la France ? Ont-elles été déposées là par une troisième personne ?

Une personne interpellée à Saint-Dizier

A Saint-Dizier (Haute-Marne), la ville où vivent les parents du suspect, une personne de son entourage a été interpellée. Il s'agit d'une femme, mère de deux enfants en bas âge et voilée de la tête aux pieds. Selon Le Parisien, elle était régulièrement en contact avec le suspect et des armes ont été saisies à son domicile.

Selon RTL, la police a découvert à son domicile des clés de chiffrement, des bouts de papier où elle avait noté des dizaines de codes lui permettant d'enregistrer des numéros sur son téléphone ou d'envoyer des textos illisibles en cas de surveillance.

On ignore s'il s'agit de la compagne du suspect ou d'une amie. Interrogée par Le Parisien, la sœur de Sid Ahmed Ghlam raconte que la jeune femme interpellée "était amoureuse de lui". Mais "il n'a pas voulu se marier avec elle parce qu'elle avait déjà deux enfants", explique-t-elle. Le Monde assure de son côté que le jeune homme prévoyait de se réfugier chez elle après l'attaque.