Attentats dans l'Aude : une enquête pour "apologie du terrorisme" ouverte après qu'une militante végane s'est réjouie de la mort du boucher du Super U

Dans un communiqué, la Confédération française de la boucherie-charcuterie dit "condamner" les propos de la militante et "appelle à la retenue et au recueillement".

Le Super U de Trèbes (Aude) le lendemain de l\'attaque, le 24 mars 2018.
Le Super U de Trèbes (Aude) le lendemain de l'attaque, le 24 mars 2018. (ERIC CABANIS / AFP)

"Ben quoi, ça vous choque un assassin qui se fait tuer par un terroriste ? Pas moi, j'ai zéro compassion pour lui, il y a quand même une justice." Ce message se réjouissant de la mort du boucher du Super U de Trèbes, publié sur Facebook, a entraîné l'ouverture d'une enquête pour "apologie du terrorisme" par le parquet de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), a appris franceinfo, mercredi 28 mars, confirmant une information de La Dépêche du Midi. Christian Medvès, boucher de 50 ans, a été tué lors de l'attentat perpétré par Radouane Lakdim.

Le mur de la militante croule sous les insultes

Les propos polémiques ont été publiés sur la page d'une personne se présentant comme militante végane. "Ce message a été très rapidement repéré par les services de l'Etat et a été aussitôt retiré", explique à La Dépêche du Midi Karline Bouisset, procureure de la République de Foix, qui s'était initialement saisie du dossier. Contrairement à ce que croyaient les autorités, l'internaute visée résiderait en Haute-Garonne et non en Ariège. "L'enquête ne fait que commencer", précise à franceinfo le parquet de Saint-Gaudens, qui a repris l'affaire.

Dans un communiqué, la Confédération française de la boucherie-charcuterie dit "condamner" ces propos et "appelle à la retenue et au recueillement". Depuis la publication de ce message, le mur Facebook de la militante est envahi de messages injurieux, parfois accompagnés de clichés de viande et de charcuterie.