Cet article date de plus de cinq ans.

Bataclan : des victimes du 13-Novembre attaquent l'État

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Bataclan : des victimes attaquent l'État
Bataclan : des victimes attaquent l'État Bataclan : des victimes attaquent l'État (France 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions
France 3

Deux ans et demi après le 13 novembre 2015, des rescapés et des familles de victimes ont déposé un recours mercredi 4 juillet devant la justice. Ils dénoncent des dysfonctionnements et demandent la reconnaissance de la responsabilité de l'État français dans le massacre du Bataclan.

Pour la première fois depuis l'explosion près du Stade de France, Catherine et sa fille reviennent à Paris ; elles font partie des victimes qui ont décidé d'attaquer l'État devant le tribunal administratif pour manquement grave. Plus de deux ans après l'attaque, les plaies sont loin d'être refermées, à l'instar de Patricia Correia, qui confie avoir "les tripes à vif". Elle a perdu sa fille Precillia au Bataclan : "Il y a eu un massacre en cette nuit du 13-Novembre. On a besoin d'avoir des réponses. Je pense aussi aux militaires, qui n'ont pas eu ordre d'intervenir, alors qu'ils n'étaient pas très loin... Il y a beaucoup de questions en suspens", explique-t-elle.

Huit soldats ont reçu l'ordre de ne pas intervenir

Huit soldats de l'opération Sentinelle étaient en effet présents ce soir-là près du Bataclan. Ils ont reçu l'ordre de ne pas intervenir, et ont refusé de prêter leurs fusils d'assaut aux policiers. Autre dysfonctionnement qui engage la responsabilité de l'État selon Me Samia Maktouf : la surveillance des terroristes. "Aujourd'hui, il s'agit de demander aux autorités de rendre des comptes. Pourquoi des personnes défavorablement connues, fichées S, considérées comme radicalisées, dangereuses ont pu quitter paisiblement le territoire français ?", s'enquiert l'avocate. Au cours de l'audience, le rapporteur public a estimé qu'aucune faute ne pouvait être retenue contre l'État. Le tribunal administratif rendra sa décision dans quinze jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.