Attentats de janvier 2015 : pour trois Français sur quatre, la liberté de critiquer les religions en général a reculé depuis cinq ans, selon notre sondage

Depuis les attaques qui ont notamment visé le journal satirique Charlie Hebdo, une majorité de sondés s'estiment moins libres de dire ce qu'ils pensent de l'islam, du judaïsme mais aussi du catholicisme.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le numéro de Charlie Hebdo avec les carricatures du prophète Mahomet, publié le mercredi 2 septembre, jour de l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Les trois quarts des Français (76%) estiment que la liberté de critiquer les religions en général a reculé depuis cinq ans. C'est ce qui ressort du sondage Odoxa-Dentsu Consulting* pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 10 septembre.

>> Charlie Hebdo : 59% des Français pensent que le journal a eu raison de publier les caricatures du prophète Mahomet

Cinq ans après les attentats de janvier 2015 (Charlie Hebdo, Fontenay-aux-Roses, Montrouge, Hyper Cacher), huit Français sur dix (80%) se disent notamment moins libres de critiquer l'islam. Ils sont sept sur dix (71%) à constater qu'il est également plus compliqué d'émettre des critiques sur le judaïsme. Et un sur deux (52%) juge que l'on est également moins libre vis-à-vis du catholicisme.

Ce sentiment que la liberté de critique des religions a reculé en cinq ans est partagé par l'ensemble des sensibilités politiques. 71% des sympathisants de gauche, comme 84% des Français proches de la droite perçoivent un recul pour l'ensemble des cultes.

* Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 9 et 10 septembre 2020, sur un échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.