Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Hollande à bord du porte-avions "Charles-de-Gaulle", déployé au large de la Syrie

Il doit rencontrer "les militaires engagés dans les opérations pour intensifier le combat contre Daech en Syrie et en Irak", avait annoncé plus tôt l'Elysée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président François Hollande arrive sur le porte-avions "Charles-de-Gaulle", vendredi 4 décembre 2015. (PHILIPPE DE POULPIQUET / POOL / AFP)

François Hollande est arrivé vendredi 4 décembre sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, déployé dans l'est de la Méditerranée pour participer aux opérations en Syrie et en Irak contre le groupe Etat islamique"Il y rencontrera les militaires engagés dans les opérations pour intensifier le combat contre Daech en Syrie et en Irak", a annoncé plus tôt l'Elysée.

Hollande arrive sur le "Charles-de-Gaulle", déployé contre l'Etat islamique

Le président de la République, chef des armées, se rend ainsi pour la première fois sur le théâtre des opérations militaires françaises contre l'Etat islamique. Sa visite intervient trois semaines après les attentats du 13 novembre commis par des jihadistes qui ont fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés à Paris.

Environ 2 000 personnes présentes sur le porte-avions

Il doit notamment rencontrer pilotes de chasse et techniciens qui interviennent sur le porte-avions. Il prononcera une allocution en fin d'après-midi sur ce bâtiment sur lequel sont présentes environ 2 000 personnes. Il doit aussi assister, selon l'Elysée, au catapultage de nuit d'avions Rafale et Super Etendard partant en mission.

DLTFTV_MAM_5776851

L'engagement du porte-avions français pour participer aux opérations contre le groupe EI avait été annoncé le 5 novembre par l'Elysée, à l'issue d'un conseil de défense. Il avait appareillé le 18 novembre de Toulon et a mené ses premières frappes en Syrie le 23 novembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13-Novembre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.