Attentat des Champs-Élysées : les proches du terroriste interrogés

Quelques heures après l'attentat survenu sur les Champs-Élysées à Paris ce lundi, les proches de l'assaillant ont été entendus par les enquêteurs. Quatre d'entre eux, dont son père, ont été placés en garde à vue. 

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Au domicile des parents de l'assaillant, les policiers ont interrogé ses proches toute la soirée. Adam Djaziri, Français d'une trentaine d'années, était fiché S depuis 2015. Face aux caméras, son père se défend de toute radicalisation dans la famille. "Oui, tout le monde est religieux dans la famille. Mais qu'est ce que ça veut dire, au juste ? On fait la prière, c'est tout", assure-t-il. Ce lundi, peu avant 16 heures, Adam Djaziri a lancé son véhicule sur un convoi de gendarmes pour tenter de le faire exploser. Évacué sur le trottoir par les forces de l'ordre, grièvement blessé, il n'a pas survécu.

"On avait constaté qu'il se radicalisait"

À bord de la voiture, les enquêteurs retrouvent tout un arsenal : deux Kalachnikov, deux armes de poing, des cartouches, un ordinateur et deux téléphones portables. Dans la nuit, au domicile familial, les enquêteurs mettent la main sur d'autres armes. Adam Djaziri pratiquait le tir sportif et disposait d'une autorisation de détention d'arme. Son oncle ne comprend pas les raisons de son passage à l'acte. "Je suis sous le choc. Je n'aurais jamais imaginé ça. C'est quelque chose d'incompréhensible", témoigne-t-il. Quatre proches d'Adam Djaziri, dont son père, ont été placés en garde à vue. Ce matin, dans son quartier, certains habitants qui connaissaient l'assaillant se disent peu surpris. "Ces dernières années, nous avons constaté qu'il était un peu froid et distant, très renfermé dans sa maison. D'autre part, on avait constaté qu'il se radicalisait plus ou moins, au vu de sa tenue vestimentaire et de sa manière de se comporter vis-à-vis des gens". Adam Djaziri n'avait pas d'antécédents judiciaires. Son acte n'a pas été revendiqué.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers déployés sur les Champs-Elysées, à Paris, le 19 juin 2017, après la tentative d\'attaque contre un fourgon de gendarmerie. 
Des policiers déployés sur les Champs-Elysées, à Paris, le 19 juin 2017, après la tentative d'attaque contre un fourgon de gendarmerie.  (CITIZENSIDE / DAMIEN TROLARD / AFP)