Bruno Retailleau (LR) : "La gauche a défiguré cet engagement"

Sur le plateau du Grand Soir 3, le président du groupe Les républicains au Sénat fait le point sur le vote des sénateurs concernant la déchéance de la nationalité.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Ce que nous avons fait au Sénat, c’est que nous avons respecté scrupuleusement l’engagement du président de la République. Le 16 novembre, trois jours après les attentats, à Versailles, au Congrès, le président de la République nous avait demandé de voter la constitutionnalisation de l’état d’urgence, nous l’avons voté", décrit Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, sur le plateau du Grand Soir 3. Il rappelle aussi que la déchéance de la nationalité a été votée à une très grande majorité avec une union de la droite et du centre.

Encore une chance de s’entendre ?

"La gauche s’est divisée. Elle s’est divisée à tel point qu’il y a dû y avoir des compromis qui ont conduit d’ailleurs madame Taubira à démissionner, ce n’est pas rien quand même. Ces compromis ont dénaturé et ont défiguré l’engagement que le président de la République avait pris devant nous tous", rappelle Bruno Retailleau. Ce dernier conclut en précisant qu’il était encore possible de trouver un accord : "On a essayé de se conformer le plus fidèlement possible à ce serment du président de la République".

Le JT
Les autres sujets du JT
Bruno Retailleau, tête de liste LR-UDI aux régionales en Pays de la Loire, aux Essarts (Vendée), le 16 avril 2015.
Bruno Retailleau, tête de liste LR-UDI aux régionales en Pays de la Loire, aux Essarts (Vendée), le 16 avril 2015. (MAXPPP)