Cet article date de plus de cinq ans.

RECTIFICATIF. Audrey, qui se présentait comme une rescapée du 13-Novembre, n'était pas au Bataclan

Audrey, 24 ans, affirmait qu'elle avait été blessée par plusieurs balles dans la jambe gauche, et qu'elle suivait une intense rééducation. franceinfo a depuis appris que c'était faux : elle n'était pas au Bataclan.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Audrey, qui se présentait comme une victime du Bataclan, à la terrasse du café La Belle équipe, à Paris, en septembre 2016. (MATHILDE LEMAIRE / FRANCEINFO)

[RECTIFICATIF] Le 19 septembre 2016, nous avons diffusé et publié le témoignage d'Audrey G., 24 ans, le jour de l'hommage annuel à toutes les victimes du terrorisme aux Invalides, auquel elle était conviée. La jeune femme se présentait alors comme une rescapée de l'attentat du Bataclan, le 13 novembre 2015. Il s'avère qu'elle avait menti : elle n'était pas au Bataclan le soir de l'attaque. Elle fait partie des fausses victimes du 13-Novembre. Le témoignage qui nous avions publié repose donc sur un mensonge. 

Nous l'avions recontrée quelques jours avant cet hommage aux victimes du terrorisme. Audrey G. affirmait qu'elle avait été blessée par plusieurs balles dans la jambe gauche, et qu'elle suivait une intense rééducation pour espérer remarcher sans béquilles un jour. Elle décrivait sa vie dix mois après l'attentat, le stress, les rendez-vous chez les psychologues... Mais elle mentait : elle n’était pas au Bataclan le soir de l’attaque et elle n’a jamais reçu de balles dans la jambe. Sur le plan judiciaire, elle n’a pas été poursuivie, comme l'ont été d'autres fausses victimes des attentats, car elle n’avait pas déposé de demande d’indemnisation au fonds de garantie des victimes d’actes de terrorisme et d’autres infractions (FGTI). Mais elle a abusé de la confiance de plusieurs personnes, notamment de vraies victimes du 13 novembre rencontrées au sein de l’association Life for Paris, dont elle s’était rapprochée et grâce à laquelle nous avions eu son contact. Audrey G. avait répondu à plusieurs journalistes, notamment du New York Times. Ça n'est qu'en 2021 en souhaitant prendre de ses nouvelles à l'approche du procès des attentats et ne parvenant plus à la joindre que nous avons enquêté pour la retrouver et découvert tous ses mensonges. Et donc compris que son témoignage de l'époque était complètement faux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enquête sur les attentats de Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.