Attentats de Paris : les victimes face aux juges

Six mois après les attentats du 13-Novembre, la première rencontre a eu lieu ce mardi 24 mai entre les familles des victimes, les rescapés et les juges chargés de l'enquête à l'École militaire à Paris.

France 3

Stéphanie a été blessée par un boulon de la deuxième bombe du Stade de France. Sa jambe la fait toujours souffrir, mais elle a tenu à être présente à ce rendez-vous avec les juges à l'École militaire à Paris, car elle n'a aucune information pour reconstituer l'attaque dont elle a été victime.

Aux six juges d'instruction qui les reçoivent où fut centralisée la liste des 130 morts et 413 blessés après les attentats du 13-Novembre, rescapés et familles de victimes ont beaucoup de questions à poser durant ces trois jours. "Je suis une maman mort-vivante", affirme une dame au micro de France 3.

6 mois d'enquête en 3 heures

"Pourquoi ma soeur est morte, pourquoi elle a été transportée d'un côté de la rive à l'autre ? Est-ce qu'elle est morte à ce moment-là ?", enchaîne une seconde. Pendant plus de trois heures, les juges d'instruction ont exposé six mois d'enquête.

Le déroulé précis des attaques, l'intervention de la police et des secours, le rôle de chaque membre du commando et même le premier interrogatoire par la France de Salah Abdeslam ont été passés en revue. Mais de nombreuses victimes sont sorties sans réponse quant à la menace terroriste qui pèse encore. La plupart a néanmoins le sentiment qu'il s'agissait là d'un premier moment de justice.

Le JT
Les autres sujets du JT