Cet article date de plus de six ans.

Troyes : un homme condamné à trois ans et demi de prison ferme pour "apologie du terrorisme"

Samy Boukefous a aussi l'interdiction d'exercer ses droits civiques et de résider dans le département de l'Aube pendant cinq ans. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme passe devant le Bataclan, le 17 novembre 2015 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Le tribunal correctionnel de Troyes (Aube) a condamné vendredi 11 décembre Samy Boukefous, un jeune trentenaire, à trois ans et demi de prison ferme pour "apologie du terrorisme", rapporte France 3 Champagne-Ardenne. Cette peine est assortie d'une interdiction d'exercer ses droits civiques et de résider dans le département de l'Aube pendant cinq ans. 

L'avocat de cet homme, Christian Chevalot-Sylvestre, affirme qu'il n'est qu'une "simple connaissance" de l'un des kamikazes du Bataclan, Omar Ismaïl Mostefaï. Il annonce qu'il fera appel dès lundi de cette condamnation : "Une décision nécessaire pour mettre fin à l'amalgame qui a été fait entre mon client et les attentats du 13 novembre. Rien ne prouve que Samy Boukefous s'est radicalisé par ailleurs."

Images de décapitation et de tirs sur des militaires

Agé d'une trentaine d'années, Samy Boukefous a publié sur les réseaux sociaux entre le 2 avril 2014 et le 13 octobre dernier des drapeaux du groupe Etat islamique sur internet, ainsi que des vidéos et des photos en rapport avec la tuerie de Charlie Hebdo, avec la mention "qu'ils crèvent", rapporte L'Est EclairSon interpellation était prévue avant les attentats, il a été placé en garde à vue en octobre.

Il lui est aussi reproché d'avoir fait état de sa "haine envers l'Europe et les Etats-Unis", et d'avoir appelé au jihad. Des images de décapitation, de tirs et d'explosion sur des militaires ont aussi été retrouvées sur différents appareils lui appartenant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13-Novembre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.