Attentats de Paris : "On n'aurait pas dû regarder", témoigne un rescapé du Bataclan

France 2 a rencontré deux rescapés des attaques du Bataclan.

FRANCE 2

Vendredi 13 novembre, Maxime Guichard se trouvait dans la fosse du Bataclan, devant la scène quand les premiers tirs ont retenti. Il a compris que les terroristes voulaient les tuer quand il a vu la première personne être touchée par une balle au visage, juste à côté de lui. "On a pris son sang sur notre visage, sur nos habits et là, on a eu le réflexe de plonger par terre", se souvient-il. Cet étudiant de 20 ans repère alors une issue à quelques mètres de lui.

Des images qui le hantent

"Tout le monde s'est poussé dans les marches. On a enjambé voire marché sur les corps". Une fois dehors un troisième terroriste leur lance : "Courrez ou je vous tire". Il leur a alors tiré dans le dos. "Quasiment à chaque balle, il y en avait un qui tombait à côté de nous". Depuis cinq jours, Maxime est hanté par les mêmes images, celles du sang sur son visage. Et "tous les cadavres à la sortie, ce sont des images qui restent". "On n'aurait pas dû regarder. Le mieux aurait été de fermer les yeux et puis d'attendre".

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme passe devant le Bataclan, le 17 novembre 2015 à Paris.
Une femme passe devant le Bataclan, le 17 novembre 2015 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)