Attentats de 2015 : Olivia Ronen, avocate de 31 ans, assurera la défense de Salah Abdeslam

C'est le jihadiste lui-même qui a désigné la brillante avocate, élue secrétaire de la Conférence en 2016.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Olivia Ronen, le 19 mars 2018, à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Me Olivia Ronen, jeune avocate de 31 ans, va assurer la défense de Salah Abdeslam le principal accusé des attentats du 13 novembre 2015, a appris franceinfo auprès de l'avocate. Salah Abdeslam a eu deux avocats : Sven Mary en Belgique et Franck Berton en France, mais tous deux ont jeté l'éponge fin 2016, leur client restant enfermé dans son mutisme. Me Olivia Ronen dit n'avoir pas accepté de défendre le survivant des commandos du 13 novembre "à tout prix". Elle a sans doute donc obtenu de lui qu'il sorte au moins un peu de son silence.

C'est Salah Abdeslam, lui-même, qui l'a désignée il y a quelques mois. Elle l'a rencontré plusieurs fois ces dernières semaines à Fleury-Mérogis (Essonne), où il est détenu.

Elle a déjà défendu des jeunes radicalisés et des membres de l'extrême droite

Le jihadiste a sans doute été informé de la réputation de cette avocate, déjà intervenue pour la défense de jeunes radicalisés, mais aussi de membres de la mouvance d'extrême droite. Une avocate brillante, élue secrétaire de la Conférence en 2016, statut qui s'acquiert à l'issue du plus prestigieux des concours d'éloquence.

Auparavant, elle a travaillé au cabinet du ténor parisien Thierry Lévy. Olivia Ronen n'a pas hésité longtemps quand Salah Abdeslam l'a sollicitée. "Il faut une part d'inconscience pour se lancer, mais c'est pour ce genre de dossier que je fais ce métier", confie-t-elle.

Olivia Ronen est en train de constituer son équipe : "Il y a une réalité tragique du 13 novembre qu'il faut garder à l'esprit, mais chacun a droit à une défense qui ne soit pas une défense de façade", selon elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès de Salah Abdeslam

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.