Attaque près des anciens locaux de "Charlie Hebdo" : le principal suspect a été mis en examen pour "tentatives d'assassinats" terroristes

Un juge antiterroriste a également mis en examen pour "association de malfaiteurs" terroriste ce Pakistanais de 25 ans qui pensait viser l'hebdomadaire satirique et se présente comme Zaheer Hassan Mahmoud. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militaires sur le boulevard Richard Lenoir, à Paris, après l'attaque survenue à proximité des anciens locaux de "Charlie Hebdo", vendredi 25 septembre 2020.  (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)

L'assaillant qui a fait deux blessés graves à Paris vendredi 25 septembre devant les anciens locaux de Charlie Hebdo a été mis en examen, mardi 29 septembre, pour "tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste", a appris l'AFP auprès du parquet national antiterroriste (Pnat).

Un juge antiterroriste a également mis en examen pour "association de malfaiteurs" terroriste cet homme qui pensait viser l'hebdomadaire satirique et se présente désormais comme Zaheer Hassan Mahmoud, né au Pakistan il y a 25 ans. Le Pnat a demandé son placement en détention provisoire.

Inconnu des services de renseignement

Zaheer Hassan Mahmoud, dont le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard, a révélé l'identité, s'est dit "en colère" contre Charlie Hebdo, après la republication des caricatures du prophète Mahomet. Il était "totalement inconnu de l'ensemble des services de renseignement", a précisé le procureur. Il avait néanmoins fait l'objet en juin dernier d'un rappel à la loi pour port d'armes prohibé.

Un homme et une femme, salariés de l'agence de presse Premières Lignes, ont été blessés par l'assaillant. La femme a "plusieurs plaies et fractures au visage", entraînant huit jours d'incapacité temporaire de travail. L'homme souffre d'une "fracture du crâne, il est toujours hospitalisé dans un état très grave", entraînant au moins trois mois d'incapacité de travail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.