Cet article date de plus de cinq ans.

Nice : un feu d'artifice fera son retour sur la promenade des Anglais le 15 août

L'information a été confirmée par le maire de la ville, Christian Estrosi, plus de deux ans après l'attentat commis le 14 juillet 2016.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La Promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), en avril 2018. (CAVALIER MICHEL / HEMIS.FR / AFP)

Le 15 août 2018, la promenade des Anglais de Nice va renouer avec son traditionnel feu d'artifice, pour la première fois depuis l'attentat commis le 14 juillet 2016. Le maire Les Républicains (LR) de la ville, Christian Estrosi, a confirmé cette information du quotidien Nice-Matin en expliquant avoir obtenu "le feu vert" de la préfecture il y a 48 heures. "Un dispositif de sécurité défini par la préfecture" sera mis en place avec le concours de la municipalité.

Cette décision a été prise en concertation avec les associations de victimes de l'attentat du 14 juillet 2016, qui avaient déjà validé le retour d'un feu d'artifice à Nice, mais depuis le port, lors des fêtes du port du 9 juin dernier. D'autres discussions auront lieu avec ces associations sur l'éventualité d'un retour du feu d'artifice en juillet 2019, mais le 13 ou le 15. Mi-avril, la ville de Nice avait parlé d'un éventuel feu d'artifice sur la promenade des Anglais le 15 juillet 2019.

Un feu tiré depuis la plage de l'Opéra

Pour le 15 août, le feu d'artifice sera tiré non plus au large de la plage du Ruhl, comme le 14 juillet 2016, mais un peu plus loin, au large de la plage de l'Opéra, quai des États-Unis. Comme le 14 juillet 2016, la promenade des Anglais sera interdite à la circulation depuis l'avenue Gambetta, mais sans le dispositif habituel de "Prom Party".

Le 14 juillet 2016, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien vivant à Nice, avait causé la mort de 86 personnes et blessé 206 autres, au volant d'un camion de location, avant d'être abattu par les forces de l'ordre. L'attentat avait été revendiqué deux jours plus tard par le groupe État islamique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.