Cet article date de plus de quatre ans.

Attentat de Nice : un complice présumé du tueur devait être expulsé

Une main courante obtenue par "Le Point" révèle qu'il a été contrôlé début mai par la police municipale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme se tient devant le mémorial pour les victimes de l'attentat sur la promenade des Anglais, le 19 juillet 2016, à Nice (Alpes-Maritimes). (VALERY HACHE / AFP)

Le justice soupçonne un Albanais d'avoir aidé Mohamed Lahouaiej Bouhlel à commettre l'attaque de Nice, en l'aidant à obtenir un pistolet. Ce dénommé Artan H. était pourtant sous le coup d'une expulsion, mais il n'avait pas été reconduit à la frontière lors d'un récent contrôle, indique une main courante de la police municipale, publiée sur le site du Point, vendredi 22 juillet. 

Contrôlé lors d'une banale infraction de la route

Le document révèle que cet homme avait été contrôlé le 2 mai 2016 pour une banale infraction de la route. Son véhicule en panne de batterie était stationné vitres ouvertes. Accompagné par un autre individu, il avait été présenté à la caserne de police, sans documents valables. C'est là que les agents ont découvert qu'ils faisaient l'objet d'une fiche de reconduction à la frontière. Malgré cette "infraction sur la législation sur les étrangers", il avait été laissé libre et avait pu récupérer son véhicule, indique cette même main courante.

L'arme qui aurait été fourni par l'Albanais à Mohamed Lahouaiej Boulhel, l'auteur de l'attentat du 14 juillet, a servi à tirer à plusieurs reprises sur des policiers, selon l'enquête en cours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.