Attentat de Nice : mise en examen de trois hommes soupçonnés d'avoir fourni des armes

Trois personnes sont présentées aux juges de la cellule antiterroriste de Paris, mercredi. Ils doivent être entendus dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Nice, survenu le 14 dernier.

Les trois personnes vont être interrogées par les juges antiterroristes parisiens
Les trois personnes vont être interrogées par les juges antiterroristes parisiens (MIGUEL MEDINA / AFP)

Deux Albanais et un Tunisien ont été mis en examen et écroués par les juges antiterroristes parisiens, vendredi 16 décembre.Ils étaient entendus dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de Nice qui a fait 86 morts, le 14 juillet sur la Promenade des anglais, a appris franceinfo de source judiciaire.

Une aide logistique au tueur de Nice ? 

Il s’agit du volet  "armes" de l’enquête. Les trois hommes, âgés de 24, 31, et 36 ans, ont été arrêtés lundi à Nice, en même temps que sept autres personnes, relâchées depuis. Le Tunisien est poursuivi pour association de malfaiteur terroriste criminelle. Les deux Albanais sont mis en examen pour complicité d'association de malfaiteurs terroristes et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste.

Ils ont été transférés à Paris en milieu de semaine. Les enquêteurs les soupçonnent d’avoir participé à la transaction qui a permis au tueur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, d’acquérir une arme de poing, ainsi qu'une Kalachnikov, découverte dans une cave lors des perquisitions.

Le Tunisien présenté aux juges avec deux autres suspects pourrait notamment avoir endossé le rôle d'intermédiaire. Six personnes sont déjà mises en examen dans l’enquête sur l'attentat de Nice. Parmi elles, un couple d’Albanais ainsi qu’un Franco-Tunisien de 21 ans.