Cet article date de plus de six ans.

Attaque au camion à Nice : première alerte envoyée depuis l'application "alerte attentat"

Certains internautes ont dénoncé le délai entre l'attaque et la notification, pourtant censée prévenir la population dans les quinze minutes en cas d'attentat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 Après l'attaque commise à Nice (Alpes-Maritimes), une notification a invité la population à ne "pas s'exposer" et à s'"abriter", sur l'application SAIP. (CAPTURE D'ECRAN)

C'est la première alerte de l'application gouvernementale "alerte attentat". Après l'attaque au camion de Nice (Alpes-Maritimes), une notification a invité la population à ne "pas s'exposer" et à s'"abriter". Envoyée à 1h34, cette notification fait état d'une "intervention en cours des forces de l'ordre et de secours suite à un attentat" sur la promenade des Anglais à Nice.

>> Suivez notre direct après l'attaque au camion à Nice

De nombreux utilisateurs ont dénoncé le délai entre l'heure de l'attaque, aux alentours de 22h30, et l'heure de la notification. Les autorités, il est vrai, ont mis du temps avant de parler d'attentat, catégorie concernée par ces alertes. Mais selon Libération, le protocole a été activé dès 23 heures. Une source gouvernementale ajoute que les ordres ont été transmis correctement aux développeurs de l'application. Pour faire le clair, le prestataire Deveryware est d'ailleurs convoqué au ministère de l'Intérieur, assure un journaliste de Télérama.

Objectif affiché : prévenir la population dans les 15 minutes

Lancée à l'occasion de l'Euro 2016 de football, cette application baptisée "SAIP", pour Système d'alerte et d'information des populations, vise à prévenir dans les 15 minutes les populations d'une "crise majeure" de terrorisme. Elle permet à chacun d'être alerté directement sur son smartphone, "en cas de suspicion d'attentat ou d'événement exceptionnel".

Si l’utilisateur est géolocalisé dans une zone où est donnée l'alerte, apparaît alors, sur le téléphone, un "écran de sidération" qui prend le pas sur toute application en cours d'utilisation, rappelait notre blog Police de caractère. A l'utilisateur de suivre les étapes indiquées sur son téléphone. Et ce, en français ou en anglais.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentat de Nice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.