Un homme fiché S, soupçonné d'avoir commandé une Kalachnikov et des munitions, a été mis en examen

L'homme a été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Le parquet anti-terroriste s'est saisi du dossier. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Direction générale de la Sécurité Intérieure est co-saisie de cette enquête. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Un homme fiché S, soupçonné d'avoir commandé sur Internet une Kalachnikov et des munitions, a été mis en examen dimanche 5 septembre pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Il a été placé en détention provisoire.

Interpellé mercredi 1er septembre en région parisienne, l'homme âgé de 27 ans est soupçonné d'avoir commandé aux États-Unis, une Kalachnikov et des munitions. Le colis contenant le fusil d'assaut a été intercepté par les policiers.

Une enquête en flagrance pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste avait été ouverte jeudi par le parquet national antiterroriste (PNAT). La direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) est co-saisie de cette enquête.

Une fiche S c'est quoi ?

Une personne est fiché S lorsque les services du renseignement français considèrent qu'elle constitue une menace grave pour la sûreté de l'État, "sans pour autant qu'elle ait commis de délit ou de crime", précise le ministère de l'intérieur sur son site. Il s'agit d'un dispositif d'alerte. 

Il peut viser une personne radicalisée mais être en relation avec un fiché S peut conduire à être soi-même fiché.

Cette fiche contient différentes informations telles que l'état civil, le signalement, la photographie, les motifs de recherche et la conduite à tenir envers la personne surveillée. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Antiterrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.