Serge Dassault admet avoir acheté des votes à Corbeil-Essonnes

Mediapart publie sur son site internet l'enregistrement d'une conversation, fin 2012, dans laquelle l'industriel admet avoir "payé pour s'assurer la victoire" de Jean-Pierre Bechter aux municipales de 2010. Le site d'information rappelle que les habitants de Corbeil, qui sont à l'origine des enregistrements, ont été visés par des tirs trois mois après...

(Regis Duvignau Reuters)

L'aveu de la corruption , titre Mediapart. Très affirmatif, le site d'information diffuse plusieurs extraits d'un enregistrement de l'ancien maire de Corbeil-Essonnes, qui admet avoir payé pour faire élire son poulain, Jean-Pierre Bechter, aux municipales de 2010.

"Moi, j'ai tout payé, donc je ne donne plus un sou à qui que ce soit",  dit par exemple l'industriel. "Je ne peux plus sortir l'argent pour qui que ce soit. Y a plus de Liban. Y a plus personne là-bas, c'est terminé. Moi, j'ai donné l'argent." 

Il s'agit bien évidemment d'un enregistrement clandestin, filmé en caméra cachée par des habitants de la ville en novembre 2012 - le Canard enchaîné en avait fait état en décembre. Il est notamment question de paiements depuis le Liban, et d'une surveillance policière.

Deux enquêtes

Quoi qu'il en soit, la justice est sur le pont. Elle enquête sur deux affaires : l'une concerne des soupçons d'achat de voix aux élections, l'autre sur des tentatives d'homicides qui pourraient être liées - le lien n'est pas formellement établi, mais les habitants qui ont recueilli les propos de Dassault ont été visés par des tirs trois mois après. 
Mais le Sénat a refusé, début juillet, de lever l'immunité parlementaire de Serge Dassault, que des juges d'Evry voulaient entendre en garde à vue.