Producteur passé à tabac par des policiers : "Nous devons ardemment condamner les policiers qui tabassent", estime la ministre Elisabeth Moreno

La ministre déléguée à l'Egalité entre les femmes et les hommes s'est indignée des images de cet homme frappé par la police. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Elisabeth Moreno en juillet 2020.  (ERIC MALOT / MAXPPP)

"Ces images sont insupportables, elles sont choquantes. En tant que ministre, je suis évidemment indignée. En tant que femme, je suis scandalisée de voir que des policiers qui sont là pour protéger les gens tabassent une personne", a réagi Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l'Egalité entre les femmes et les hommes, au micro de franceinfo vendredi 27 novembre, après le passage à tabac d'un producteur de musique par des policiers à Paris.

Je suis extrêmement étonnée que certains hommes politiques minimisent. Les violences, quelles qu'elles soient, sont insupportables et on ne doit pas en minimiser l'impact, surtout quand elles sont prodiguées par des personnes qui sont censées nous protéger

Elisabeth Moreno

à franceinfo

Il n'y a toutefois pas de "racisme spécifique dans la police", a-t-elle ajouté. "Je pense que la plupart de nos policiers font un travail remarquable et il faut le reconnaître", mais "de la même manière que l'on doit condamner les personnes qui caillassent les pompiers ou les policiers quand ils font leur travail, nous devons ardemment condamner les policiers qui tabassent", a souligné Elisabeth Moreno. "Nous avons un devoir d'exemplarité." 

"Ce sujet me tient particulièrement à cœur", a-t-elle expliqué. "Peut-être parce que je suis une femme noire, que j'ai grandi dans ce pays, que je sais combien ce pays peut faire de belles choses, mais que je sais également qu'il y a des personnes qui n'acceptent pas la France dans toute sa pluralité aujourd'hui. C'est ma responsabilité que de faire en sorte que les personnes qui se sentent discriminées (…) sachent qu'il y a une place pour elles dans cette société, qu'il y a une loi pour les protéger et que je me ferai leur porte-parole."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.